Théâtre: Les pavés du Parvis

Ils sont deux. Mais en fait ils sont des dizaines. Un tiers-mondiste de retour du Kivu, un bobo ucclois qui se la joue proche de la Maison du peuple, une secrétaire "européenne" fraîchement débarquée de son Sud-Ouest, un Algérien aussi cultivé qu'imbibé, une Liégeoise en pétard, un autre qui en fume trop.

778833

Mais aussi un Chilien marxiste, une intellectuelle PTBiste, une Parisienne angoissée et son père fiscalement bouclier, les vieilles à cabas et les clochards accablés…

Dans un jeu de ping-pong incessant – entre cafés, services sociaux, église, échoppes et marché -, Amélie Lemonnier et Pierre Wayburn tirent le portait de cette faune bruxelloise qui gravite autour du Parvis de Saint-Gilles.

Après des jours – et sans doute des nuits – passés à observerdepuis l’Union ou le Verschueren cette population bigarrée, les deux comédiens l’incarnent désormais sur scène avec talent, virevoltantd’un personnage à l’autre.

S’il n’est pas toujours raccord, Les pavés du Parvis emporte l’adhésion par la performance de ce couple des trapézistes qui voltigent d’une figure à l’autre, d’une brève de comptoir à un discourssocial. A Saint-Gilles, le monde est un village. Grâce à Amélie Lemonnier et Pierre Wayburn, le Parvis est tout unmonde.

Jusqu’au 16/2. La Samaritaine, rue de la Samaritaine 16, 1000 Bruxelles. 02/511.33.95. www.lasamaritaine.be

Plus d'actualité