Théâtre: Les 39 marches

A Londres, Richard Hannay recueille chez lui une belle Allemande qui meurt poignardée dans ses bras après l'avoir prévenu "qu'un grave danger menace son pays".

872629

La mort et la police aux trousses, le beau et intrépide jeune homme s’en va courir la lande écossaise… Adapté du roman de John Buchanan et bien sûr du chef-d’œuvre d’Hitchcock, Les 39 marches est monté de façon virtuose par Olivier Massart dans l’ingrate salle des voûtes du Public.

De la scène basse et tout en longueur, il use comme d’un écran en  cinémascope et utilise de façon ingénieuse objets et  comédiens pour distiller un humour absurde et loufoque. Le metteur en scène donne à Michelangelo Marchese des airs de Jean Dujardin dans The Artist, même si le ton décalé rappelle plutôt OSS 117.

Les trois autres comédiens sont tout aussi formidables, assumant à eux seuls pas moins d’une vingtaine de rôles dont celui d’un… buisson épineux. Deux interprètes invisibles complètent la troupe, la lumière et le décor sonore. Car que serait Les 39 marches sans bande-son?

> Les 39 marches, jusqu’au 29/6. Le Public, rue Braemt 64-70, 1210 Bruxelles. 0800/944.44. www.theatrelepublic.be  

Sur le même sujet
Plus d'actualité