Théâtre: Le prénom

Stéphane De Groodt se fait un "prénom" aux Galeries....

822083

Vincent, agent immobilier m’as-tu-vu, s’en va dîner chez sa sœur Babou, littéraire qui a sacrifié sa carrière à celle de son mari, Pierre, professeur à la Sorbonne; ces deux-là forment une caricature de couple d’intellos gauchos qui lit Télérama sans avoir la télé.

Entre bling-bling et bobos, Claude, musicien atonal et neutre, joue l’arbitre dans ce quartette d’amis d’enfance qui guette la maman du futur fils de Vincent… en retard comme à son habitude. Car c’est un garçon, comme l’a révélé l’échographie l’après-midi même. Et en attendant le dîner et Anna, Vincent est prié de passer à table en révélant le prénom de son futur héritier…

Porté sur grand écran l’an passé, Le prénom est une merveilleuse mécanique de précision comique et d’enchaînement. Dans la version bruxelloise de cette pièce on ne peut plus parisienne, la distribution se montre d’une aisance sans complexe.

Trônant au milieu, Stéphane De Groodt campe un Vincent certes moins glamour que Patrick Bruel mais bien plus vif-argent dans ses saillies. Bref, cette création belge du Prénom a du répondant et se fait un… nom.

Le prénom, jusqu’au 14/4. Théâtre royal des Galeries, galerie du Roi 22, Bruxelles. 02/513.39.60. www.trg.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité