[THEATRE] En toute inquiétude

Imaginez le portrait de famille. Olgave, la mère, femme au foyer qui n’a pas choisi son prénom et élève ses deux fils: Georges qui préfère faire l’artiste que des études sérieuses et Emile, qu’un chromosome galopant a rendu différent.

968037

Et puis il y a le père, Séraphin, essoufflé par la vie et qui, à 50 balais, perd son boulot. Et sa dignité d’homme. Et chez ces gens-là, monsieur, on ne dit pas qu’on s’aime. On n’a pas appris. Le récit est d’une terrifiante banalité mais, raconté par le fils qui a choisi d’être clown et de jouer tous les rôles, il nous fait marcher sur un fil entre rire et émotion. Car l’auteur et comédien Jean-Luc Piraux est un funambule. Avec sa dégaine d’un Buster Keaton que l’on aurait croisé avec Pierre Richard, il nous entraîne dans cette déclaration d’amour à un père disparu. Et à tous ces gens qui, grâce à lui, redeviennent les héros qu’ils ne sont plus dans la vie. – E.R.

EN TOUTE INQUIETUDE, en tournée dans toute la Wallonie jusque fin février 2014 (42 représentations). Infos: www.asspropro.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité