Skyfall – Amour: Rencontre au sommet au rayon DVD/Blu-Ray

Aux extrêmes de l'échelle du cinéma, le dernier James Bond et le dernier Michael Haneke continuent à faire l'événement. Peut-on aimer l'un et l'autre? Oui. 

805275

Le film de Michael Haneke – Amour – arrive à son édition DVD bardé de prix (palme d’or, cinq césars, un oscar)et précédé d’une réputation aussi excitante que terrifiante.

Amour raconte le face-à-face de deux êtres arrivés au bout de la vie, un couple dont la femme dérive, jour après jour, dans la maladie… Peu connu pour faire dans le sentimentalisme, célèbre pour ses explorations glaciales de la violence intime dans des films parfois insoutenables (Funny Games, Caché, La pianiste, Le ruban blanc), Haneke a pourtant su toucher les cœurs avec ce film qui suscite une curiosité dont le niveau va encore augmenter après sa récolte des prix les plus prestigieux de l’industrie du cinéma.

On ne l’attendait pas sur le terrain de l’émotion et c’est sans doute ce qui a cueilli tout le monde et a donné à cette histoire malheureusement universelle (sauf accident, nous vieillirons tous) une puissance pétrifiante.

Elle a aussi permis à Jean-Louis Trintignant de retrouver (provisoirement) le cinéma et à l’héroïne de Hiroshima mon amour – Emmanuelle Riva – de remporter le césar de la meilleure actrice et de concourir aux Oscars à 85 ans, aux côté de Jessica Chastain, Naomi Watts et Jennifer Lawrence (qui l’a emporté).

Si on n’attendait pas Haneke sur ce terrain-là, on n’attendait plus vraiment James Bond non plus.

Sa renaissance inespérée, il l’avait eue en 2006 avec le très bon Casino Royale. Depuis, le soufflé était retombé et la faillite de la MGM avait même rendu très hypothétique une nouvelle aventure cinématographique.

A l’arrivée, on a pourtant le plus gros succès commercial de 007 avec, fin décembre 2012, des recettes qui se chiffraient à un milliard 200 millions de dollars. Un film phénomène qui a su profiter du cinquantième anniversaire de la série pour retrouver une jeunesse d’autant plus paradoxale que, dans Skyfall, la question de l’âge est centrale, entre un nouveau Q blanc-bec et une M proche de la retraite.

Une réussite qui doit beaucoup au choix audacieux de son réalisateur, Sam Mendes, connu surtout pour des films super-prenants comme American Beauty ou Les noces rebelles.

Non seulement il réussit avec brio ce qu’on attend de lui (apporter une vraie épaisseur psychologique), mais en plus il se révèle exceptionnellement inspiré dans les scènes d’action. La poursuite dans le métro londonien est digne du De Palma de la grande époque… Résultat, tout le monde y a trouvé son compte, Skyfall séduisant même un public féminin d’ordinaire indifférent aux aventures machos de l’espion britannique.

Amour et Skyfall sont deux réussites éblouissantes du cinéma d’auteur qui, chacun à leur manière, montrent de quoi le septième art est capable quand il s’en donne la peine. Si le blu-ray est plus indispensable à 007 (de fait, il nous en met plein la vue), il sert admirablement la mise en scène précise de Michael Haneke.

Les deux proposent notamment un making of en bonus. Celui de Skyfall est naturellement plus formaté mais intéressant malgré tout. Dans celui d’Amour, on apprend que l’appartement reproduit fidèlement celui des parents de l’Autrichien. Signalons encore que l’intégrale blu-ray de Bond (gros carton en 2012) ressort agrémentée du petit dernier. 

SKYFALL. De Sam Mendes. Avec Daniel Craig, Judi Dench, Javier Bardem. MGM/Fox – 142’.

AMOUR. De Michael Haneke. Avec Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva, Isabelle Huppert.
Cinéart/Twin Pics – 127’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité