Retour au CBGB

Mais que sont devenus les grands lieux du rock? Une série qui sent à la fois la fureur de vivre et la mélancolie. Cette semaine, le CBGB de New York, là où démarrèrent Police, Blondie, The Ramones, Talking Heads ou Sonic Youth.

918283

Ouvert en 1973, dans un quartier "à problèmes", le Country Bluegrass and Blues (CBGB) rameutait tout ce que la ville comptait d'antidisco.

Depuis 2008, le bâtiment accueille un magasin de vêtements de luxe. Certains graffitis d'origine ont été conservés.

Pour revivre l'ambiance en lisant l'article dans le Moustique, nous vous offrons (gratuitement pour les membres de Deezer) la playlist de l'endroit.

Television – Marquee Moon. Parce qu'ils furent les premiers à y décrocher des concerts réguliers et qu'ils ont bâti leur scène de leurs propres mains pour pouvoir y jouer.

Blondie – X-Offender. Parce que ses passages permirent à Debbie la Go-Go danseuse du New Jersey de devenir la sexy Debbie de Blondie.

The Ramones – Blitzkreig Bop. Parce que le club fut probablement leur seconde résidence et que leurs silhouettes en imprègnent encore la façade.

Bad Brains – Banned In D.C. Parce qu'après avoir dévasté Washington, ces pionniers du hardcore (baptisés ainsi en l'honneur d'une chanson des Ramones) trouvèrent naturellement refuge dans le Bowery. Patti Smith – My Generation. Parce que la marraine du punk traverse l'histoire du CBGB depuis son inauguration jusqu'à son chant du cygne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité