Rencontres de la dernière chance

Des œuvres néo-impressionnistes de Henry Van de Velde aux sculptures de Hanson... Notre séance de rattrapage des grandes expos qui ferment bientôt leurs portes.

1101060

Il ne reste que quelques jours ou un peu plus pour découvrir tant de chefs-d'œuvre, alors on y court! Pas encore vu au Centre culturel ING ce portrait du Père Biart lisant au jardin et concentré tandis qu’autour de lui frétille la lumière? Il est signé par le Belge Henry Van de Velde et c’est une des toutes belles œuvres de l’expo To The Point: le portrait néo-impressionniste. Magnifier la lumière à partir de points de couleur pure recomposés par l’œil, c’est le principe de base du néo-impressionnisme au centre de ce magnifique parcours.

Né à la fin du XIXe siècle en France avec Georges Seurat et son tableau Un dimanche après-midi à la Grande Jatte et concentré au départ sur le paysage, ce mouvement progressiste trouvera vite en Belgique une vibrante application dans des portraits intimistes d’une grande profondeur. La preuve par Van de Velde déjà cité, par George Morren (Dimanche après-midi, portrait), Théo Van Rysselberghe ou Georges Lemmen, des artistes avant-gardistes qui séduisent au départ une clientèle de scientifiques, d’écrivains, d’industriels ouverts au progrès. Concoctée par le Centre culturel ING et le Musée d’Indianapolis qui possède une des trois plus belles collections pointillistes du monde, l’expo nous donne à voir des œuvres rarement ou jamais vues. De plus, au fil du parcours, l’on ressent vite comme une évidence un lien qui ne demandait qu’à émerger entre le point et le pixel. Ceci à découvrir dans le dynamique Studio Couleurs de l’expo. – Paulette Nandrin

> TO THE POINT, 18 mai, Espace culturel ING, place Royale 6, 1000 Bruxelles. www.ing.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité