A quelques secondes près – Harlan Coben

On n'en démord pas, la spin-off entamée par Coben mettant en scène Mickey Bolitar, neveu de Myron Bolitar, personnage star d'une série publiée au Fleuve Noir, croise le meilleur du Club des cinq et le plus rocambolesque de Scoubidou.

932113

Entouré de ses potes du lycée – Ema, une gothique en surpoids habituée à se faire insulter et Spoon, une sorte de Trivial Pursuit ambulant, Mickey, 16 ans, tente de savoir qui a tiré dans la maison de Rachel, la pomp-pom girl la plus populaire de l’école. La fusillade a tué sa mère et blessé la jolie blonde dont Mickey est secrètement amoureux…

 

Rebondissements, secrets révélés et peur au fond des bois, A quelques secondes près est clairement un polar juvénile qui n’hésite pas à scanner les angoisses des ados d’aujourd’hui, mixant l’intrigue à des questions de société qui font l’actualité.

 

Ce n’est pas mal fait, le trouble psychologique qui oppose Mickey à son oncle est décrit avec raffinement, et sonde les rapports d’aujourd’hui qui mettent face-à-face les adultes et ces grandes bringues qui pensent déjà l’être. Harlan Coben possède ce don pour s’approcher du quotidien sans le déformer et en extraire – c’est le cas ici – des personnages très attachants.

Fleuve Noir, 336 p.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité