Purgatoire: Dominique Bréda très très fort.

La religion. L'amour. La connaissance. La sagesse. L'art. Et finalement la mort. Voici quelques-uns des chapitres abordés par Dominique Bréda dans Purgatoire, créé à la Samaritaine la saison dernière et repris en ce moment au TTO.

1259

La religion. L’amour. La connaissance. La sagesse. L’art. Et finalement la mort. Voici quelques-uns des chapitres abordés par Dominique Bréda dans Purgatoire, créé à la Samaritaine la saison dernière et repris en ce moment au TTO.

L’auteur y parle donc de nos vies, de A à Z. De nous, pauvres humains. Et de tous ces thèmes graves sur lesquels on se prend la tête… Mais il le fait avec l’écriture acérée qu’on lui connaît (encore plus acide que dans Emma), et c’est à mourir de rire.

Un couple se jette à la figure toute la haine que peuvent susciter des années de frustration et de désillusion. Deux amis montrent l’étendue de leur vanité dans une exposition d’art contemporain. Un groupe d’antipathiques essaie de se désintoxiquer de la méchanceté. Deux collègues en viennent à se détester à la suite de malentendus quand le premier découvre que le second est juif. Et ainsi de suite. La lâcheté ordinaire explose aux yeux des spectateurs, portée à bout de bras par une excellente brochette de comédiens.

 Tableau après tableau, Catherine Decrolier (impeccable antipathique), Julie Duroisin (hilarante en bébé), Odile Ramelot (drôlissime libraire), Jean-François Breuer (parfait en juif contrarié) et Thomas Demarez (superbe amant méchant) se relaient sur scène. L’écriture est fine, le jeu, tout en autodérision. L’ensemble est ultra-dynamique, et réellement à pleurer de rire. De quoi convaincre même les plus bégueules que le purgatoire, c’est ce lieu où on expie nos fautes en les tournant en ridicule… – A.N.

> Jusqu’au 19/2, 20h30. Théâtre de la Toison d’Or, Galerie de la Toison d’Or 396-398, 1050 Bruxelles. De 8 à 21 €. 02/510.05.10. www.ttotheatre.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité