Moi Elikia, enfant soldat

Pièce coup de poing, Le bruit des os qui craquent, à voir au Poche. De toute urgence.

64710

Dans le monde, 300.000 enfants sont impliqués dans des conflits armés. Un chiffre énorme. Imposant. Presque irréel. Et pourtant, quand l’un d'entre eux prend la parole, c’est encore plus vertigineux. Elikia (Olga Tshiyuka-Tshibi), 12 ans, a été enlevée par les rebelles. Après avoir décimé sa famille, ils l’ont formée au maniement des armes, à l’obéissance totale, à la survie inconsciente. En deux ans, la fillette s’est forgé une carapace qui la tient debout, malgré tout. Une protection de l’âme qui s’effrite pourtant le jour où une autre enfant, Josefa (Angel Uwamahoro), 10 ans, arrive au camp dans des circonstances similaires. Retrouvant dans les yeux de la fillette sa propre terreur, Elikia décide de fuir avec elle. Quitte à devoir porter son corps à bout de bras…

Alternant des instantanés de cet exode (baignade dans une rivière, nettoyage des plaies, sommeil chargé de cauchemars…) et le récit de l’infirmière (Aïssatou Diop) qui a recueilli les deux gamines à la fin de leur périple, Le bruit des os qui craquent est une pièce d’une force inouïe, dont le propos est parfois difficilement supportable – elle est d'ailleurs interdite aux moins de 14 ans. Porté en lingala par Olga, et en kinyarwanda par Angel, le texte de Suzanne Lebeau, dramaturge québécoise, est également affiché en français. Ce qui lui donne encore plus de poids à la mise en scène, simple et efficace de Roland Mahauden, le directeur artistique du Poche. Un Théâtre qui, après une saison plus faible, renoue ici avec ce qu'il fait le mieux: des pièces qui secouent les consciences.

Jusqu’au 22/10, 20h30. Théâtre de Poche, chemin du Gymnase 1, 1000 Bruxelles. De 8 à 11 €, Article 27. 02/649.17.27. www.poche.be

Rendez-vous "Autour du bar" avec des témoins-clés et des experts de terrain les jeudis 6, 13 et 20/10 à l’issue de la représentation.

Sur le même sujet
Plus d'actualité