Marianne Faithfull – Horses and High Heels (écoute intégrale)

L'ex-sister morphine des sulfureuses sixties n'a jamais trop été portée sur l'écriture de chansons. Mais quand on insuffle, comme elle, une telle émotion pour interpréter celles des autres, comment lui en tenir rigueur?

1137

L’ex-sister morphine des sulfureuses sixties n’a jamais trop été portée sur l’écriture de chansons. Mais quand on insuffle, comme elle, une telle émotion pour interpréter celles des autres, comment lui en tenir rigueur?

Comme son classique « Broken English », son nouvel album est donc partagé inéquitablement entre reprises (9) et morceaux originaux (4). A 64 ans, Marianne Faithfull ose pourtant encore jouer la carte de l’audace. Enregistré à La Nouvelle-Orléans avec des musiciens locaux, le maître vaudou Dr John ou encore le bassiste des Meters, « Horses And High Heels » la voit pour la première fois se lancer dans des interprétations soul.

Pari notamment réussi avec Gee Baby et No Reason, chanson poisseuse comme le bayou évoquant à la fois la sauvagerie des Stones et les caresses d’Otis Redding. Plus surprenant encore: on note le crédit de Laurent « Rockcollection » Voulzy qui cosigne la ballade Why Did We Have To Part.

Entre hommage décalé à Paris (Prussian Blue),morceau cabaret à la Bertolt Brecht (The Old House avec Lou Reed à la guitare) et blues fantomatique (The Stations signé Greg Dulli et Mark Lanegan), Marianne Faithfull signe un disque chaud comme la braise. – L.L.

 

 

Marianne Faithfull – « Horses And High Heels »
Naïve/PiaS
Notre avis: 3 étoiles

Sur le même sujet
Plus d'actualité