Livre: Quand les colombes disparurent de Sofi Oksanen

Après avoir attiré l’attention grâce à Purge (Prix Femina étranger écoulé à plus d’un million d’exemplaires), Sofi Oksanen refait parler d’elle avec ce roman âpre et poétique.

883067

Comme dans Purge, il s’agit pour cette romancière finlandaise de pointer la violence de l’histoire qui a saccagé l’Estonie, pays voisin du sien.

Ne vous fiez pas au look de chanteuse gothique de cette redoutable styliste qui nous entraîne dans le sillon des avancées allemande et bolchevique en Estonie durant la Deuxième Guerre mondiale, et les conséquences qu’elles eurent sur la population.

En suivant le destin de Roland, brave soldat conscientisé et celui d’Edgar, son cousin aux "doigts de soie", tous deux déserteurs de l’armée soviétique, Oksanen tend une fresque sur la douleur de la guerre et la déchirure du choix.

Au patriotisme de Roland et à la souffrance de sa déportation répondent l’attrait d’Edgar pour le régime nazi et le désintérêt total pour une épouse qui préfère, elle aussi mais pour d’autres raisons, le charme de l’uniforme allemand. Le livre, foisonnant, est parfois un peu long, et il faut se faufiler entre les références historiques, mais l’expérience littéraire vaut le détour.

Quand les colombes disparurent
Sofi Oksanen
Stock, 400 p.

Plus d'actualité