Livre: Journal d’un corps: Radioscopie d’une vie

A la mort de son vieux père (parti à l'âge de 87 ans), une femme reçoit, par voie notariale, le journal qu'il a tenu pendant 74 ans.

325111

Là où elle pense lire l'histoire de sa vie, elle lit, en effet, l'histoire de sa vie, passée au prisme de la principale marchine à vivre: son corps. Daniel Pennac fait le portrait d'un homme dont on sait peu de chose mais dont on découvre tout de l'organisme.

C'est donc dans une autobiographie très physique – pour ne pas dire anatomique – que l'on plonge en ouvrant ce Journal d'un corps, territoire dont on suivra la construction et, l'âge aidant, la déconstruction, année après année.

Rien ne nous sera vraiment épargné de l'intimité de ce père (des ratages sexuels jusqu'à la pose d'une sonde urinaire à 73 ans, en attendant le reste…) qui avait la phobie des miroirs mais qui insistera pourtant à prendre son corps comme parfait reflet de sa vie. Toute une vie vue à travers les marques, les blessures et les flétrissures laissées sur le corps. Pennac réussit un divertimento qui nous renvoie l'image de nos propres courbatures existentielles. – S.M.

Journal d'un corps
Daniel Pennac
Gallimard, 390 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité