L’étincelle: La guerre expliquée par des clowns

L'étincelle, ça commence par une dispute de gamins dans un bac à sable et ça finit en guerre mondiale. Dans l'écrin des jardins suspendus du théâtre du Méridien, cinq comédiens grimés en clowns jouent à la guerre comme des enfants cruels.

33479

Est contre Ouest, Nord contre Sud, on se tire dessus même si plus personne ne sait comment ça a commencé, ni pourquoi on en est arrivé là. À brûler les vieux pour effacer la mémoire des conflits.

Auteur et metteur en scène belge à suivre depuis À un jet de pierre de Pristina ou La boîte en coquillages, déjà créés au Méridien, Philippe Beheydt s'empare ici d'un texte de Michel Bellier, parfois sinueux, inspiré par la guerre des Balkans. Seuls quelques casques bleus dans le décor rappellent de manière réaliste les conflits existants. Treillis bardés de rubans et sourires de jokers, les clowns grimaçants rejouent la farce énorme et effrayante de la guerre des mondes. "Le clown est le meilleur conteur, c'est celui qui peut tout dire. Comme le fou du roi, c'est lui qui fait comprendre les choses", confie Philippe Beheydt. Rageuse et brillante, son Étincelle nous réjouit, parce qu'elle est aussi un appel à la liberté. – J.G.

> Jusqu'au 4/6. Théâtre du Méridien, chaussée de la Hulpe 200, 1170 Bruxelles. De 9 à 18 €, article 27. 02/663.22.11. www.theatredumeridien.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité