Les graffeurs débarquent à La Louvière.

Voilà plus de trente ans que des artistes, remettant en question le musée, la galerie, l’atelier comme seuls lieux où l’art peut s’exprimer, investissent la ville, ses murs, ses métros, son mobilier.

391540

Leur arme? Le pochoir, le collage, puis le tag et le graffiti, reliés au punk, qui connaîtra aux Etats-Unis dans les années 1980 une forte répression. Provocateur, ludique, ce street art s’exprime sous la forme d’icones, de slogans. L’image s’y "imprime" à sa manière, se multiplie. On ne s’étonnera donc pas que le très actif Centre de la Gravure et de l’Image imprimée de La Louvière ouvre son bel espace à cet art impertinent en constante évolution. Venus des quatre coins d’Europe et des Etats-Unis, douze créateurs y déploient leur univers.

Jef Aérosol, un pionnier du pochoir, C215, les Belges Muga, Obêtre, Denis Meyers (créateur notamment de stickers),  Doctor H (détournement de signes routiers), Shepard Fairey (connu aussi sous le nom Obey), créateur de dessins pour skates, l’Américaine Swoon, Invader et ses "space invaders" échappés du jeu vidéo épnonyme, Ludo, adepte du cobranding ou détournement de pub chic (Rollex, Dior…), Evol, Sten & Lex…

Au Centre, on va de surprise en réjouissante interrogation. Humour et vitalité sont au rendez-vous. Cet esprit s’exporte dans toute la ville où, à un coin de rue, sur le mur d’enceinte d’une école, là où on s’y attend le moins, ces artistes sont intervenus. On songe notamment à cette large façade marquée par le visage peu banal de Jimi Hendrix. On le doit à Jef Aérosol, lui-même musicien et nourri de culture pop. Inattendu et très fort.

> VUES SUR MURS. Jusqu’au 2/9. Centre de la Gravure, rue des Amours 10, 7100 La Louvière, et dans la ville. Musée: du mardi au dimanche, de 10 à 18 h. Fermé lundi. 5/3 €. 064/27.87.27.

www.centredelagravure.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité