Les Experts de la Toison d’Or

Après Dernier coup de ciseaux, vous n’irez plus jamais vous faire couper les cheveux avec la même désinvolture. En revanche, vous verrez le théâtre différemment!

1280555

Le phénomène vient des Etats-Unis. Neuf millions de spectateurs ont déjà été atteints. C’est une première en Belgique. A l’origine, l’objet est scientifique. Un psychologue allemand très sérieux, Paul Pörtner, imagine une expérience interactive pour analyser les réactions du public. Deux Américains trouvent l’idée juteuse et l’adaptent au théâtre, fin des années 70. Bingo! Leur pièce est répertoriée au Guinness Book. Record de longévité.

Le principe est simple. Un meurtre est commis juste au-dessus d’un salon de coiffure. Deux flics débarquent et mènent l’enquête. Avec l’aide du principal témoin: le public. Les suspects sont au nombre de quatre: le coiffeur, la shampouineuse et deux clients. Lors de la reconstitution des faits, les flics font appel à la perspicacité des spectateurs pour établir les faits et découvrir le coupable. La salle est donc invitée à participer à ce drame capilliculturel. Activement. Il faut lever la main, interpeller le flic qui mène l’enquête, comparer les témoignages des suspects avec ce qui s’est réellement passé sur scène, avoir parfois l’âme d’une balance. Et finalement, voter pour celui ou celle que l’on considère comme le suspect numéro 1. Bref, toi aussi, joue à être le lieutenant Columbo!

Ça se passe dans un théâtre, c’est joué par des comédiens de théâtre, mais nous sommes ici face à un objet qui est à la frontière entre théâtre et jeu de rôle. Et c’est sans doute ce qui fonctionne auprès du grand public. Le fameux quatrième mur n’existe plus et on est tous dans la même galère. Sauf que… les six comédiens sur scène savent exactement où ils vont et mènent la barque comme des chefs. Car même si une grande partie de la pièce est improvisée, donc différente d’un soir à l’autre suivant les suggestions des spectateurs, il y a une partition que les protagonistes doivent suivre à la virgule près. Et à ce petit jeu, ils sont tous très forts! Jean-François Breuer et Catherine Decrolier en tête.

Si l’histoire en elle-même n’est pas renversante d’originalité, l’enquête flaire bon cette époque bénie où il n’était pas encore utile d’avoir un prix Nobel de chimie pour déterminer si c’est le colonel Moutarde qui a fait le coup avec le chandelier ou le docteur Olive avec la clé anglaise. Une époque où, pour résoudre une énigme, ce sont les cellules grises chères à Hercule Poirot qui chauffaient. Pas les becs Bunsen. Les inconditionnels des Cluedo et autres romans d’Agatha Christie seront donc aux anges. Mais attention! Que ceux qui vont au théâtre pour la première fois en allant voir ce Dernier coup de ciseaux ne se leurrent pas. D’ordinaire, au théâtre, on se tait, on écoute et on est prié d’éteindre son téléphone portable. Complètement!

> DERNIER COUP DE CISEAUX, jusqu'au 28/2. Théâtre de la Toison d’0r. www.ttotheatre.com

Sur le même sujet
Plus d'actualité