Le Théâtre en liberté reprend la dernière pièce de Tchekhov

Il y a, c'est une évidence, autant de façons de monter Tchekhov que de metteurs en scène. Daniel Scahaise, avec le Théâtre en liberté, le fait de manière plutôt classique.

1157

Il y a, c’est une évidence, autant de façons de monter Tchekhov que de metteurs en scène. Daniel Scahaise, avec le Théâtre en liberté, le fait de manière plutôt classique.

Dans une belle scénographie en plusieurs plans, Lioubov (Hélène Theunissen) et sa famille vont et viennent entre la chambre d’enfants de la Cerisaie et les berges de la rivière.

On passe de l’insouciance, avec Lioubov et sa fille Ania (l’étonnante Julie Lenain, qui montre que son jeu possède plusieurs facettes), à la peur, avec Lopakhine (Jean-Henri Compère) qui a compris qu’il faut vendre la Cerisaie. Joie et tristesse alternent donc dans ce dernier texte de Tchekhov, dont la beauté (notamment celles des interventions de Piotr- Stéphane Ledune) est un peu étouffée ici par la grosseur des traits de certains personnages. L’élégance de l’univers recréé amène néanmoins le spectateur au bout de la pièce (2 heures 15) sans ennui. – A.N.

> Jusqu’au 5/3. Théâtre de la Place des Martyrs, place des Martyrs 22, 1000 Bruxelles. Le ma. à 19h, du me. au sa. à 20h15, certains di. à 16h. De 9 à 16,50 €. 02/223.32.08. www.theatredesmartyrs.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité