Jurassic Museum

Géants des mers, contemporains des dinos, les mosasaures sont les nouvelles stars du Muséum des Sciences naturelles. Fascinant!

1080932

 Voici bien longtemps, au crétacé, entre  90 et 66 millions d’années avant notre ère, de gigantesques reptiles écumaient les océans. Ces effrayants mosasaures (ou lézards de la Meuse), dont les premiers fossiles ont été mis au jour voici 250 ans par des carriers de la région mosane de Maestricht, broyaient leurs proies dans leurs immenses mâchoires, tout comme le faisaient, mais sur terre, les tyrannosaures (T-Rex). Ces derniers sont bien connus du grand public, ce qui bizarrement n’est pas le cas des mosasaures.

En leur consacrant depuis ce mois-ci une salle permanente, le Muséum des Sciences naturelles de Bruxelles rend donc justice à ces lézards marins qui, y insiste-t-on, ne sont pas des dinosaures. Et du même coup, il donne enfin à toute sa collection de mosasaures, une des plus riches au monde, la visibilité qui lui manquait. Dans ce nouvel espace, plutôt petit, mais très lumineux, intime et bien agencé, on est accueilli par une mâchoire de 1,60 m et un squelette presque complet de 13 mètres de long découvert à la faveur de l’exploitation minière, dans le village de Ciply, près de Mons. Au terme d’un parcours déclinant plusieurs thématiques, on sait à peu près tout sur la façon dont grandissait, regardait, sentait, nageait, mangeait cet immense reptile, même s’il subsiste pas mal de flou, notamment sur la façon dont il se reproduisait ou sur le comment de l’extinction de l’espèce, la plupart des hypothèses en vigueur pour les dinos (dont la chute d’une météorite) étant en partie aussi valables pour les mosasaures.

Malgré toute cette science, l’approche muséale n’est en rien ennuyeuse ou inaccessible. Présente certes, la pédagogie y est toujours légère, donnant à chacun l’occasion de manipuler quelques (fausses) grandes dents ou vertèbres ou de croiser, par comparaison, là une tortue marine, ici des mâchoires mobiles de serpents, un serpent à pattes (mais oui!), et encore un varan reconstitué. Sur une animation 3D, on découvre également la nage agressive du mosasaure, battant la queue de gauche à droite, comme le requin. Au Muséum, vous le verrez, tout n’est pas directement livré sur un plateau. Il faut parfois se faire paléontologue avec les paléontologues et se poser avec eux les bonnes questions. Petits et grands y trouvent chacun leur compte. Précisons encore que le mosasaure découvert à Ciply a comme plus proche voisin de musée un autre hennuyer, l’iguanodon découvert dans les mines de Bernissart. Bon à savoir également: l’expo temporaire Bébés animaux conçue à la mesure des 3-8 ans qui craquent devant les éléphanteaux et les zébrons est prolongée jusqu’au 11 juin.

 

> MUSEUM DES SCIENCES NATURELLES, rue Vautier 29, 1000 Bruxelles. Fermé le lundi. www.sciencesnaturelles.be

Plus d'actualité