Halo 4 – Master Chief

2557, quatre ans se sont écoulées depuis Halo 3. Masterchief, alias John-117, plongé dans un sommeil cryogénique, dérive seul dans l’espace à bord du vaisseau UNSC Forward Into Down.

658987

Soudain, Cortana, l’IA du vaisseau et la précieuse alliée de notre héros, le réveille, les Covenants envahissent le vaisseau.

Manette en main, on retrouve vite ses réflexes même si l’on peut noter des améliorations comme la possibilité de courir, ce qui dynamise les échanges.

Les espaces ouverts, les véhicules et le triangle magique tir-grenades-corps à corps fonctionne toujours à merveille. La nouvelle race d’extraterrestres, les Prométhéens apportent un vent de fraicheur au gameplay et les modes en ligne comme le Spartan Ops promettent de rallonger la durée de vie.

Dans Halo 4, Masterchief devient le symbole incarné du transhumanisme: c’est en créant les Spartans, des soldats améliorés, que l’humanité a pu se protéger des invasions extraterrestres. Ce courant idéologique a le vent en poupe dans les jeux vidéo mais, rarement depuis Deux Ex, le cautionnement de ses thèses n’a trouvé un tel echo.

Superbe en 1080i, fidèle au design épuré et mégalomane des précédents épisodes, il devrait ravir tant les fans que les nouveaux venus. Il possède néanmoins quelques faiblesses dans le rythme de sa narration, son intelligence artificielle perfectible ou sa difficulté mal dosée, mais on chipote. – V.B.

Halo 4 – Master Chief
XBOX
360
343 Industries/Microsoft

Sur le même sujet
Plus d'actualité