François Pirette « Je suis un accident devenu catastrophe naturelle »

L'humoriste préféré des Belges fête ses 30 ans de scène avec un nouveau spectacle et une tournée déjà triomphale. Moustique en profite pour revenir avec lui sur les grands moments, les belles rencontres et quelques autres, d'un p'tit gars de Jemappes qui aurait pu faire standardiste toute sa vie. Merci maman, merci tonton Marcel...

1030614

Mai 1984. Un gamin du Borinage montait pour la première fois sur scène. Un peu beaucoup par hasard. Un an plus tôt, Thierry Van Cauberg, un peu moins de 20 ans, s’était présenté à la RTBF-Mons, qui cherchait un jobiste pour décrocher le téléphone, le week-end. Le jeune standardiste fait patienter les auditeurs en les amusant d’un accent bizarre. Ce qui s’entend, en studio. Débute alors la carrière d’un incroyable gagman radio: celle de François Pirette. 

Février 2014. Après cinq ans sans tournée, le même Thierry Van Cauberg/François Pirette, 51 ans ce 7 février, remonte sur les planches pour célébrer un chiffre rond: ses trente ans de scène. Avec un nouveau spectacle: C’était trop 30 ans . Le périple débute ce 15 février au Théâtre de Namur. Et, comme d’habitude avec lui, l’événement prend déjà des proportions record. Alors qu’il devait se produire dans une vingtaine de salles, les sold-out et les dates supplémentaires se multiplient en Wallonie et à Bruxelles, et la tournée devient générale.   

C’est qu’entre-temps, le petit comique est devenu l’humoriste préféré des Belges. Un phénomène de popularité et de longévité. Aucun artiste avant lui n’avait été aussi massivement présent dans la vie des Belges. La faute aux aventures hilarantes de ses irrésistiblespersonnages devenus cultes. La faute aussi à la puissance de la radio d’abord, puis à celle, phénoménale, de la télévision, où il aligne les audiences canon depuis des années, à la RTBF d’abord, à RTL-TVI ensuite. Pourquoi, comment, grâce à qui, grâce à quoi le gamin de Jemappes est-il devenu cette machine à records? Qu’est-ce qui a façonné le phénomène François Pirette? Tentative de réponse avec Thierry Van Cauberg…

Tu te rends compte? Tu fais partie de la vie des Belges francophones depuis plus de 30 ans…

François Pirette – Oui, et je m’en excuse! Si j’en avais les moyens, je leur foutrais la paix! (Rire.) Mais je ne peux pas arrêter de faire bouillir la marmite: j’ai cinq enfants, dont un petit de 2 ans… Donc je remonte sur scène, désolé.

C’était trop 30 ans , ça veut dire quoi?

F.P. – Que c’était trop bien, ces 30 ans! J’ai fait ce métier par accident, et il est rare aujourd’hui de pouvoir exercer le même métier pendant 30 ans. L’accident a été provoqué par Jean-Lou Viseur, qui était le producteur radio de la RTBF-Mons. Il fallait être fou pour mettre à l’antenne un gamin qui n’avait jamais fait de radio, sur une chaîne radio nationale du service public, et avec une totale liberté de ton… Par dérision, je me dis aussi que c’était trop, 30 ans: fallait pas le faire. Et plus de 30 ans, ça va peut-être être trop…

On en est loin, au vu des audiences que tu réalises avec Les gens d’en bas sur RTL-TVI…

Voir la suite de l'interview dans le Moustique du 5 février 2014

Sur le même sujet
Plus d'actualité