Festival du cinéma méditerranéen

Du 9 au 17 novembre se tiendra à Bruxelles le festival du cinéma méditerranéen. Tous au soleil! 

651881

Vingt pays, septante films, de la fiction, du documentaire, des concerts, c’est donc parti pour cette douzième édition du festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles.

Mais alors que James Bond détruit tout sur son passage, on entend déjà les grincheux hurler paresseusement: "Pourquoi y aller? Le cinéma méditerranéen, c’est triste, c’est lent et compliqué. Un bon Tom Cruise fera bien mieux l’affaire".

Eh bien détrompez-vous. Si ces dernières années, on a trop associé le cinéma du bassin méditerranéen à des films contant la montée de l’islamisme et les révolutions arabes, les organisateurs du festival sont là pour nous rappeler que c’est loin d’être son seul visage. "Bien sûr, le cinéma produit dans cette région a des fondements dramatiques, commente Patrick Matthys, l’un des directeurs du festival.

C’est tout à fait compréhensible au vu de ce qu’il se passe en ce moment sur les rives de la Méditerranée…" Mais c’est surtout oublier que le drame se soigne aussi par l’humour. Ce que nous rappellent à merveille et depuis plusieurs années déjà les cinéastes originaires des Balkans. "Ils injectent un humour fou dans cette société encore divisée après des années de guerre", enchaîne Patrick. Ce n’est donc pas un hasard si les Balkans tiennent cette année encore une place de premier choix dans la programmation du festival. Avec trois films attendus: Children Of Sarajevo, La parade ou encore Djeca présenté au dernier festival de Cannes.

Parmi les pays du bassin, il en est un autre qui a attiré l’attention des organisateurs, l’Italie, qui fera donc l’objet d’un focus particulier. "C’est un cinéma qui nous a toujours fait rêver. Et s’il est moins à la mode en ce moment, il continue pourtant de produire de très belles choses." Pas moins de neuf films seront donc présentés durant le festival sous la bannière Cinéma Italia. "Mes coups de cœur, précise Patrick Matthys, sont E stato il figlio de Daniele Cipri, une comédie à la fois drôle et tragique sur la misère sociale. Il y a aussi A.C.A.B. All Cops Are Bastards(traduisez "Tous les flics sont des connards") de Stefano Sollima, qui est une immersion dans des brigades de flics corrompus. Et enfin, nous clôturerons le festival avec La petite Venise d’Andrea Serge qui est à la fois une belle histoire d’amour et un pur moment de bonheur."

Italie, Balkans, Maroc, Algérie, Turquie, Israël, Irak, France, Espagne, Egypte, Grèce, il faut définitivement faire la fête à ces films que vous ne pourrez malheureusement voir qu’en festival, leur distribution dans nos salles n’étant pas assurée. Et Patrick Matthys de conclure: "C’est un festival où vous ferez des découvertes. Il ne faut pas avoir peur de passer la porte. Soyez curieux. Venez faire la fête avec nous". En effet, le festival propose un tas d’activités annexes. Des concerts et autres soirées avec notamment Ghalia Benali, le Brussels Balkan Quartet ou l’Orkestar Braka Kadrievi. Mais aussi deux séances de contes à venir écouter en famille. Tentés? Toutes les informations sont ci-dessous.

 

Festival du cinéma méditerranéen, du 9 au 17/11. Botanique et Bozar, Bruxelles. 02/800.80.04. www.cinemamed.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité