Expo: Henri Cartier-Bresson: Des Européens

Henri-Cartier Bresson s’installe à l’Abbaye de Stavelot. Et avec lui les icônes anonymes du Vieux Continent.

886459

De Henri-Cartier Bresson, Pierre Assouline, son biographe, a dit qu’il était "l’œil du siècle". Et au vu d’une longévité exceptionnelle (1908-2004), toujours vécue son Leica à portée du regard, aucune métaphore ne pouvait mieux lui convenir. Il aurait pu être peintre – il a suivi des cours, fréquenté les surréalistes – mais c’est en photo qu’il réalise, dès l’âge 23 ans, un reportage en Côte d’Ivoire. Grand voyageur, il le restera. Il ira en Inde, à Mexico, aux Etats-Unis, au Japon.

C’est pourtant l’Europe qui est à l’honneur à Stavelot. Ou plutôt Des Européens, des visages, des paysages engrangés à travers le Vieux Continent entre 1929 et 1991 par le pionnier du photojournalisme, cofondateur en 1947, notamment avec Robert Capa, de la célèbre Agence Magnum. Parmi ces images, certaines sont devenues de véritables icônes. On songe à ces deux hommes, captés devant une palissade à Bruxelles en 1932. Que regardent-ils? A ce jour, le mystère subsiste. Mais qu’importe, Cartier-Bresson, se contentant d’attendre que "cela se passe", était là. Il était là aussi, quand – autre photo – ce bourgeois engoncé et stupéfait découvre sur une palissade parisienne cette célèbre injonction de Mai 68: "Jouissez sans entraves". Rencontre étonnante de deux mondes!

A Hyères en France, c’est un homme à bicyclette que le photographe capte dans la trouée d’un escalier. Un "instant décisif” qui ne reviendra jamais, car contrairement à Robert Doisneau, Cartier-Bresson refuse de provoquer l’événement, de le (re)mettre en scène. Mais comme Doisneau, et en cela ils font partie du mouvement majeur de la photographie humaniste entre 1930 et les années 60, il déambule dans les rues, toujours à l’affût de l’homme, de la femme, de l’enfant qu’il y rencontrera. Comme ces pauvres mômes éclopés jouant et se battant dans les ruines de Séville en 1933. Cet homme prenant le soleil, les fesses à l’air, collé aux murailles d’une forteresse en URSS. Cette lointaine silhouette féminine bondissant dans la seule ombre d’une ruelle en Grèce. Et ces enfants jouant à escalader le mur de Berlin. Instants uniques, parlant des drames et des petits bonheurs de notre monde, le tout magnifié par une composition maîtrisée, alliant la perfection formelle à l’émotion et livré sans retouche, sans recadrage. A découvrir ou redécouvrir dans cette expo de Stavelot, réalisée en collaboration avec la Fondation Cartier-Bresson et l’Agence Magnum Photos.

> Henri Cartier-Bresson: Des Européens, jusqu’au 6/10, tous les jours de 10 à 18 h. Abbaye de Stavelot. 080/80.08.78. www.abbayedestavelot.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité