Expo: Georges Vercheval – Paysages avec terrils

A redécouvrir, l’œuvre du créateur du Musée de la Photo de Charleroi. Un morceau de notre histoire...

221175

Lorsqu’il fonde, il y a vingt-cinq ans, le Musée de la Photo, Georges Vercheval met son activité personnelle de photographe sous le boisseau. Pour ne pas être à la fois juge et partie. Aujourd’hui, Xavier Canonne, son successeur depuis 2000, accueille un travail qui s’est construit sur 30 années, de 1957 à 1988.

Un ensemble d’images regroupées sous le titre L‘ordre des choses. Car Vercheval, homme de gauche, engagé, membre actif de Culture et Démocratie, assume son besoin d’ordre dans son travail, de composition, de construction, de "cadrage". "Rien de l’instantané en ces photographies, mais une application géométrisante, presque métrique, à prélever la part choisie du paysage", explique Canonne. Ce qui, à y regarder de plus près, n’est pas en contradiction avec la profonde (in)humanité qui se dégage de ces paysages industriels en mutation, de cette série de terrils, de ces corons jamais très éloignés du terroir – la région de Charleroi – où Vercheval est né.

Des photos également d’une machine agricole peinant dans une terre lourde, un arbre au bord d’un champ et auquel répondent d’autres verticalités isolées, tels un poteau électrique ou un sillon fuyant vers l’horizon… Peu de gens dans tout ça mais, on le sent, c’est bien de leur vie qu’il s’agit. L’expo met aussi en évidence un autre aspect du travail de Vercheval, qui exalte la matière, le bitume, le béton, un mur, une cage d’escalier, l’équilibre des formes.

Le photographe, qui a suivi les cours de Gertrude Fehr à Vevey, elle-même influencée par le Bauhaus, est ici plus que jamais dans une démarche très construite, dépouillée, à la limite de l’abstraction.

> L‘ordre des choses. Jusqu’au 20/5. Musée de la Photographie, av. Paul Pastur 11, 6032 Charleroi. De 10 à 18 h. Fermé lundi. 6 €/4 €/3 €. 071/43.58.10. www.museephoto.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité