Drive sort en DVD et blu-ray: Alléluia

Meilleur film 2011 pour la rédaction de Moustique, Drive paraît en DVD. Et les home cinéma le crient: alléluia!

221453

Aux Etats-Unis, à l’image des spectateurs anglais qui se sont fait rembourser leurs tickets pour The Artist parce qu’ils ne s’attendaient pas à voir un film muet, des Américains ont été très énervés par Drive dans lequel ils n’ont pas trouvé le "film de bagnoles" façon Fast And Furious qu’ils espéraient trouver.

Une anecdote bien à l’image de ce film sorti d’on ne sait où. Enfin, si, on sait d’où: du cerveau d’un cinéaste danois que seuls les cinéphiles pointus avaient repérés jusqu’ici et dont on fait la connaissance détaillée grâce à un excellent portrait de plus d’une heure qui figure dans les bonus. Cette fois, tout le monde l’a repéré, et le jury cannois présidé par Robert De Niro en premier qui, en mai dernier, lui avait décerné un ultra-mérité prix de la mise en scène.

Parce que bien plus que l’histoire, c’est la mise en scène de Refn (et l’interprétation sidérante des deux stars de ce début d’année, Ryan Gosling et Carey Mulligan) qui drive ce stupéfiant objet cinématographique. Il fait de nous ce qu’il veut: nous cloue à nos fauteuils avec une fulgurante scène d’ouverture avant de freiner brusquement et de nous piéger dans un drôle de faux rythme.

Tout cela jusqu’à un dernier acte où chaque mort violente est une nouvelle scène d’anthologie (et le cinéma en a vu, pourtant, des décès spectaculaires et sanguinolents). Il arrive même à transformer son (anti)héros en croquemitaine de film d’épouvante par la grâce d’un improbable masque qui le fait ressembler à la marionnette de Nicolas Canteloup. Que ce pur objet de plaisir cinéphile ait suscité pareille unanimité est aussi incompréhensible que franchement exaltant.

Drive
De Nicolas Winding Refn (2011). Avec Ryan Gosling, Carey Mulligan, Bryan Cranston, Ron Perlman.
Cinéart/Twin Pics – 100’

Sur le même sujet
Plus d'actualité