Don Winslow invente les Jules et Jim du cannabis

Marre de la défense des valeurs familiales chez Harlan Coben? Tentez Don Winslow. Vous verrez ce qu'il en fait de la famille!

28198

On ne sait pas si Don Winslow écrit sous speed. Si c'est le cas, on lui conseillera de ne pas arrêter… Cet Américain, qui a la tête d'un assureur, mais chez qui on n'aurait pas envie d'assurer quoi que ce soit, déboule avecun nouveau roman et ça fait des dégâts. Avertissement à ceux qui aiment les préliminaires lents, romantiques et éclairés à la bougie parfumée: l'entrée en matière de Savages est plutôt brutale. Le premier chapitre se résume à deux mots: "Fuck you", histoire de se dire qu'on est bien accueilli dans ce livre. Bonne amorce toutefois pour introduire l'histoire d'Ophelia dite "O", bimbo prise en sandwich entre Ben et Chon. Un triangle amoureux producteur d'amour et de cannabis. Leur came est une sorte de chef-d'œuvre de l'herbe, on vient de loin pour le savourer et il s'écoule encore plus loin grâce à un réseau mis sur pied avec la complicité d'un ripou de chez ripou: le chef de brigade de Laguna Beach, chargé de scruter la guerre des cartels de la drogue.

Mais lorsque les Mexicains, avec à leur tête la pas très commode Elena la Reina, proposent de racheter leur business et qu'ils se font rabrouer comme des gastronomes en culottes courtes, Ophelia dite O disparaît. Et c'est là que ça dérape… Ben et Chon ne sont pas des enfants de chœur, ce ne sont pas des chiens non plus. Mais quand on leur enlève leur girl-friend spéciale "chambre commune", ils peuvent devenir taquins.

L'écriture ultra-nerveuse de Don Winslow déchire une intrigue qui – alléluia! – dépasse les stéréotypes du polar bling-bling. Dans Savages, pas de méchants blacks, pas de latinos craignos (juste quelques mauvais Mexicains), pas de prostituées découpées en douze morceaux dans le terrain vague d'en bas et pas de dealers contaminés menaçant de leurs seringues. Juste deux bons Blancs qui prouvent combien la bonté et la blancheur peuvent se transformer en spectaculaire sauvagerie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité