Don Giovanni est un cannibale!

On croyait tout connaître du classique de Mozart Don Giovanni. Le metteur en scène Krzysztof Warlikowski ajoute une nouvelle pièce au dossier.

1242159

Qui est ce type qui a couché 1.003 femmes dans son lit, uniquement en Espagne? On a dit tout et n’importe quoi sur le mystère Don Giovanni. La psychanalyse y a même été de son petit couplet! Elle en a fait un fantasme féminin. Bon. Et si on se calmait un peu?

Après avoir monté Médée, Macbeth et Lulu à la Monnaie, Krzysztof Warlikowski y présente Don Giovanni de Mozart. Un classique qu’il s’approprie, comme on commet un kidnapping, en situant le propos dans un milieu bourgeois qui comble son ennui par des fêtes VIP où l’on croise Marilyn, Grace Jones et Sébastien Tellier! Ambiance branchée disco chez le tombeur de ces dames! Jusque-là, rien de nouveau. On attend surtout le metteur en scène polonais sur le fond. De quoi ça parle? De sexe, naturellement! Comment pourrait-il en être autrement avec un (anti)héros qui veut toutes se les faire sans se soucier de la morale? Oui mais. Dans cette version, aucun personnage n’est capable de rattraper les autres. Tous et toutes ne pensent qu’à ça et le font dans une espèce de frénésie. Ça sent la misère sexuelle. Seul Don Giovanni assume ses penchants. Pour lui, les femmes sont des morceaux de viande à consommer sans modération. C’est horrible mais il assume. Comme Hannibal Lecter quand il se met à table! Warlikowski aussi assume. Il n’élude pas le sujet. Et montre ce qu’il y a à montrer.

Fantasme de metteur en scène? Certainement. Mais tout est écrit dans l’œuvre de Mozart. La lecture de Warlikowski tient la route, jusque dans ces arias qui mènent lentement mais sûrement ses chanteuses jusqu’à l’orgasme. Après les "métro" et les "lumbersexuels", voici donc les Mozart-sexuels! Dans le rôle-titre, le baryton Jean-Sébastien Bou fait merveille. Il n’est pas séduisant mais fonctionne comme un aimant auprès de ces dames. Venimeux et pitoyable. Qui aurait le visage d’un Landru. Pire, d’un Docteur Petiot. – E.R.

> DON GIOVANNI, jusqu’au 30/12. Théâtre royal de la Monnaie. www.lamonnaie.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité