Cendrier, la formidable Cendrillon de Pommerat

Une pièce magique, à mettre sous les yeux de tous les frileux du théâtre

134316

Création Et si le destin de Cendrillon tenait dans la mauvaise compréhension des derniers mots de sa mère, sur son lit de mort? C'est, en tout cas, la judicieuse interprétation qu'en fait Joël Pommerat dans sa très libre adaptation du conte.

Sandra (Deborah Rouach), puisque c'est ainsi que s'appelle ici l'enfant, grandit donc chargée d'une mission terrible (penser à sa maman à chaque instant), qu'elle pense nécessaire à la survie de sa mère. C'est pour ça qu'elle endure sans broncher les moqueries régulières et les tâches ménagères – ce qui lui vaut le surnom de "Cendrier" – imposées par sa belle-mère coquette (Catherine Mestoussis) et ses demi-sœurs frivoles (Noémie Carcaud et Caroline Donnelly). Jusqu'au jour où, sur l'insistance de sa bonne fée, elle décide de se rendre au bal donné par le roi en l'honneur de son fils…

L'histoire est connue, et les principaux motifs sont respectés (ah, le savoureux épisode de la chaussure!). Comme à son habitude, Pommerat insuffle dans sa mise en scène finesse et maîtrise, raffinement et profondeur. Un soupçon de psychologie aussi, qui font de sa Cendrillon une pièce à montrer sans crainte à tous les frileux du théâtre. S'ils ne sont pas bluffés, c'est qu'ils sont de mauvaise volonté.

Cendrillon. Jusqu'au 29/10 au Théâtre National, Bruxelles. www.theatrenational.be
> Le 8/2 à la maison de la culture de Tournai. www.maisonculturetournai.be
> Du 1 au 4/3 au Théâtre de Namur. www.theatredenamur.be
> Les 17 et 18/3 au PBA, Charleroi. http://ancre.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité