Cavanna est mort, putain de rital

Et puis à la fin, c'est miss Parkinson qui a gagné… Décédé ce mercredi soir d'une longue maladie, François Cavanna allait avoir 94 ans ce février.

1027136

Co-fondateur d'Hara Kiri puis de Charlie Hebdo, le dessinateur aura incarné jusqu'au bout l'esprit libertaire et contestataire des deux plus célèbres titres de la presse alternative française des années 60 et 70, quand écrire "bite" et dessiner des couilles dans un journal valait encore son petit paquet d'emmerdes. Son humour et sa vacherie étaient légendaires. Sa sensibilité, aussi. Car ce fils d'immigré italien était aussi un grand écrivain. On vous le garantit: ses romans Les Ritals et les Russkofs, et toute sa série sur Les Mérovingiens, sont à mettre entre presque toutes les mains. Cavanna parti, c'est son vieux comparse le professeur Choron qui est ravi. Et Reiser, et Fred, et Topor, et Gébé, et tous cette joyeuse bande d'auteurs à moitié fêlés qui, on ne le savaient pas encore, inventaient la BD de demain. Les voilà enfin presque tous réunis. Manquent encore peut-être Cabu ou Wolinski… Le plus tard possible SVP. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité