Cantona en planches

Brève rencontre avec l'ex-footeux qui campe un Ubu enchaîné explosif et tonique.

135581

Quand on demande à Eric Cantona ce qu'il aime dans le personnage d'Ubu de Jarry, c'est par un geste qu'il répond. Un geste d'explosion. De libération. Avec les mots, il précise: "Ubu me permet de sortir de mes gonds, d'être complètement libre." Sur scène, dirigé par Dan Jemmett, l'ancien footballeur est en effet très impressionnant. Une énergie brute se dégage de son personnage explosif, roi qui se fait esclave pour mieux régner.

Au cœur d'un décor aux couleurs flamboyantes, Cantona est un Ubu enchaîné à la fois surprenant et évident. "On me dit souvent que mes personnages me ressemblent, enchaîne le comédien. Je ne sais pas. On a plusieurs facettes en nous. En tout cas, je n'ai pas choisi d'interpréter ce personnage pour ça." Il l'a fait uniquement pour le plaisir partagé du jeu, insiste-t-il. Ce que confirment ses complices de scène Giovanni Calo (le conteur) et Valérie Crouzet (mère Ubu), fidèles comparses du metteur en scène anglais. "Il n'y a pas de lutte d'ego, confie la comédienne. Nous faisons un travail de compagnie." Conscient de l'attrait que provoque sa présence au théâtre, Cantona tempère, définitif: "J'ai toujours joué, toujours flirté avec la vie. Je ne cherche pas les applaudissements, mais le rapport direct avec le public. J'aime bien aller au bout des choses." La preuve à Namur, dès mardi.

> Ubu enchaîné. Du 8 au 15/11, 20h30. Théâtre de Namur, place du Théâtre 2, 5000 Namur. De 9 à 27 €. 081/22.60.26, www.theatredenamur.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité