Bertrand Cantat, Sombre héros dans Des Femmes

Bertrand Cantat sera à Mons et Namur en janvier prochain pour interpréter le rôle du choeur dans la trilogie « Des femmes » de Wajdi Mouawad.

146173

Extinction de voix. Bertrand Cantat n'a pas chanté pour sa première au théâtre des Amandiers de Nanterre, qui devait pourtant être l'occasion de son retour sur scène, avant la tournée en Belgique. Il était présent physiquement sur scène, mais c'est une bande sonore qui a été diffusée, alors que les musiciens jouaient en live une partition rock censée remplacer les choeurs des trois tragédies de Sophocle choisies par le metteur en scène québeco-libanais pour une trilogie consacrée aux femmes (Antigone, Electre et Les Trachiniennes). C'est cette solution qui s'était également imposée au dernier festival d'Avignon en juillet dernier. « Par respect de la douleur de Jean-Louis Trintignant » qui devait faire une lecture lors du festival, Bertrand Cantat ne s'était pas produit sur scène. Cette fois, l'ancien chanteur de Noir Désir est bien là, silhouette sombre et alourdie, mais il assiste impuissant au spectacle. "Acte manqué" entend-on dans le public. Frustration surtout, car la mise en scène de Wajdi Mouawad trouve toute sa raison d'être dans les parties chantées, leur écho puissant annulant du même coup la force des parties jouées. Et pour cause.

Rauque, convulsée, la voix de Cantat est toujours là. Le malaise aussi. Bras ballants, visage penché, yeux souvent fermés, Cantat s'écoute chanter le choeur d'une pièce qui pourrait résumer les épisodes tragiques de sa propre vie. Dans « Les Trachiniennes », la reine Déjanire se suicide après avoir empoisonné son époux Héraclès sans le vouloir. «Nuit étoilée, malheurs, richesses, rien qui soit durable pour les humains. Tout brusquement s’en va. Qui à quelque autre échoit, lequel le perd à son tour" entend-on sans trop y croire, tant l'effet cathartique est évident. Déchirée, la voix se brise  sur les accords de basse, sans que l'émotion ne fasse place à l'empathie. Malgré la beauté de l'élégie funèbre, il y a un réel malaise à voir le rockeur tragique expier ainsi sa vie sous nos yeux. Sombre héros.

« Des Femmes », mise en scène de Wajdi Mouawad.
A Mons Théâtre Le Manège du 11 au 15 Janvier
A Namur Théâtre Royal Grande Salle du 18 au 22 Janvier
Album « Choeurs » disponible chez Actes Sud le 16 décembre

Sur le même sujet
Plus d'actualité