BD: Un printemps à Tchernobyl

Printemps 2008, Emmanuel Lepage débarque à Volodarka, à vingt kilomètres de Tchernobyl. C’est l’association des Dessin’Acteurs qui l’envoie rendre compte de la vie des survivants et des descendants de la catastrophe nucléaire… 

663755

Le dessinateur approche du sinistre tombeau de béton qui recouvre la centrale et renferme une force destructrice et invisible. Comment rendre compte de la catastrophe et de ses effets néfastes face à des paysages où la nature, superbe, a repris ses droits? De cette aventure en terre cendrée, Lepage rapporte un recueil de textes et de croquis – Des fleurs pour Tchernobyl, mais aussi cette BD.

Entre le reportage, le récit de voyage et le compte rendu contemplatif, Un printemps à Tchernobyl déroute, émeut, effraie et touche en plein cœur. L’auteur se penche sur la chronologie du désastre – en 1986, il était jeune et n’avait pas tout compris.

Sur les préparatifs du voyage, et sur cette étrange douleur à la main qui l’empêche de dessiner (et semble lui dire qu'il ne faut pas partir).

A travers ses doutes, ses rencontres, son expérience, Emmanuel Lepage compose un témoignage marquant et glaçant – le livre faisant écho à Fukushima et, plus terrifiant encore, au spectre du danger nucléaire…

Un printemps à Tchernobyl
Emmanuel Lepage
Futuropolis, 166 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité