BD: Piège nuptial

Journaliste américain, paumé entre deux jobs, Nick fait un break sous le soleil écrasant de l’Australie.

508330

Equipé d’un van, il s’enfonce dans le pays pour un road-trip solitaire. Mais son aventure commence vraiment quand il prend une jeune femme en stop. Partie découvrir le pays, Angie lui offre une compagnie la jour, mais aussi la nuit…

Mais l’histoire sans lendemain vire au cauchemar quand Nick se réveille à Wollanup, le trou paumé d’où vient Angie. A 700 km de toute ville, l’endroit n’existe pas sur les cartes et vit en autarcie. C’est désormais la prison à ciel ouvert de Nick qui, drogué, a été marié de force à la jeune femme… Habitué aux personnages brisés, aux adaptations et aux ambiances pesantes (on se souvient de son excellent travail sur Shutter Island), Christian De Metter s’attaque au premier roman de Douglas Kennedy avec un talent inégalable.

L’ambiance pesante s’impose, découpée comme au cinéma, appuyée par un choix de couleurs passées. Elle déchire le lecteur entre l’envie de rapidement refermer le livre de dégoût (la famille d’Angie, sans foi ni loi, est particulièrement dégénérée) et l’impossibilité de refermer le livre.

Prisonnier du bouquin, on savoure cette adaptation jusqu’à la dernière page, espérant voir le héros sortir de cet enfer. Et nous-même pas la même occasion.

Piège nuptial
Christian De Metter,
Casterman, 126 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité