BD: Gringos Locos

En 1948, Franquin et Morris, jeunes dessinateurs, accompagnent Jijé, sa femme et leurs quatre gosses dans un long périple aux USA.

351695

Objectifs: variés. Une peur latente d’une hypothétique invasion de l’Europe par les Soviétiques, le souhait de décrocher un job au studio Disney et l’envie de voir du pays. Au retour, de nombreux mois plus tard, Morris retrouve Lucky Luke et Franquin se réapproprie le personnage de Spirou cédé par Jijé.

L’histoire du 9e art peut reprendre sa marche. Plus d’un demi-siècle plus tard, cette expédition, que tout fana de l’école franco-belge raconte à l’envi comme s’il y avait lui-même participé, fait l’objet d’une BD qui aura suscité pas mal de remous dès avant sa sortie.

Le scénario de Yann, pourtant basé sur des témoignages directs et indirects, n’a pas eu l’heur de plaire à certains héritiers du trio. Officiellement, et un supplément collé in extremis en fin d’album le rappelle, Gringos Locos n’est donc pas l’aventure de Franquin, Morris et Jijé aux USA! Juste un récit très vaguement inspiré. Et fantaisiste? Perso, on s’en fout.

Même scénarisée à la hache, "l’épopée américaine des auteurs de Spirou, Lucky Lucke et Gaston" (tome 1) est un album jubilatoire, bourrée de clins d’œil et qui aurait fait hurler de rire nos trois auteurs. Sans irrévérence, point de génie…

Gringos Locos
Schwartz & Yann
Dupuis, 54 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité