BD: Blutch – Pour en finir avec le cinéma

Blutch publie Pour en finir avec le cinéma. En réalité, Blutch aime le cinéma. Passionnément, même. C’est donc l’histoire d’une passion qu’il raconte, avec ce que cela suppose d’envolées enflammées, de déception enfouie, de montage intellectuel.

64852

Le cinéma n’est rien. Ça, il le sait. C’est « la supercherie suprême ». Ça, il le reconnaît. Mais alors, comment expliquer cette flamme dévorante alimentée par les yeux d’Ava Gardner ou l’aura héroïque de Burt Lancaster? C’est que le désir ne s’explique pas. Il se vit, avec les yeux écarquillés de celui qui veut croire, pas de celui qui se borne à penser.

C’est l’éternel conflit entre la raison qui voit de grosses ficelles là où l’enfant voit d’élégantes lianes servant à arracher Tarzan à la gravité. On comprend vite que Blutch n’a jamais eu l’intention d’en finir avec le septième art. « Le cinéma est un filet à papillons pour attraper les petites filles. » Tout est dit.

Pour en finir avec le cinéma
Blutch
Dargaud, 80 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité