Au monde

A l’opéra, tout est plus grand. Pas seulement la scène. Les émotions aussi. Celles dégagées par Au monde réussissent à transcender une mise en scène minimaliste et austère.

1075914

 La pièce de Joël Pommerat, devenue un opéra par la grâce de Philippe Boesmans, nous plonge dans une affaire de famille. Après cinq ans d’absence, le fils revient de la guerre. Le père, qui règne sur un empire industriel, va bientôt passer la main. Mais à qui? Secrets, mystères, linge sale. Mais l’essentiel est ailleurs. Dans cette question que l’œuvre nous pose: comment être au monde? Cette famille, c’est notre société occidentale, malade de ses inégalités, de sa morale, de sa peur des autres. Dans un tel contexte, comment faire le bien? Où trouver la beauté? Dans la musique, nous répond Boesmans. Et pas seulement la sienne. Quand résonnent les notes de My Way de Sinatra, on a la preuve que tout est plus grand dans l’opéra. Même les audaces. – E.R.

> JUSQU'AU 12/4. Théâtre Royal de la Monnaie. Infos et réservations: www.lamonnaie.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité