Angelo Vullo

A découvrir, deux expos de cet artiste bruxellois rescapé (avec les honneurs) de la scène new-wave des années 80 et qui a construit un univers très personnel entre recherche picturale, quête existentielle et obsession graphique.

21939

Des deux, on conseillera de commencer par les Paysages, un ensemble d'huiles sur toile qui créent un effet d'optique ultra-contemporain – on pense à des compositions numériques et à une sorte d'hommage au monde du computer, alors qu'il s'agit d'u n travail très soigné ouvrant sur un horizon mental beaucoup plus sophistiqué que la simple interface de jeux vidéo. Variations coloristes autour d'une topographie sentimentale qui illumine tout sur son passage, quadrillages d'une ville intérieure qui reste marquée par la pop culture.

Celle qu'affectionne particulièrement Angelo Vullo dont le monde s'est aussi construit autour d'un autel où fleurissent icônes de la chanson populaire – de Donna Summer à Madonna, en passant par Patty Pravo, prêtresse de la variété italienne ramenant l'artiste à ses origines et à ce glamour qui l'a sans doute fait rêver. L'autre expo – Dentelles de Bruxelles – propose une libre évocation de la Senne, cours d'eau emblématique et historique du centre de Bruxelles dont Vullo revisite la mythologie. Ce garçon est décidément très fort en géographie…

> Paysages, jusqu'au 28 avril. Ten Weyngaert, rue des Alliés 54, 1190 Bruxelles. Entrée gratuite.

> Dentelles de Bruxelles, jusqu'au 3 avril. Zsenne, rue Anneessens 2, 1000 Bruxelles. Entrée gratuite.

www.angelovullo.com

Sur le même sujet
Plus d'actualité