Adultères: Woody Allen sur scène

Avec Woody Allen, on sait toujours à quoi s’attendre et on est toujours surpris. C’est la règle. Et Marcel Delval n’y déroge pas dans cette double mise en scène qu’il signe au Varia: deux pièces du plus névrosé de nos auteurs préférés (Central Park West et Old Saybrook) jouées l’une à la suite de l’autre.

65893

Au total, 2 heures 20 de spectacle attendu et étonnant. Attendu: les situations dans lesquelles Woody Allen met ses personnages sont reconnaissables entre toutes (quiproquos, grandes révélations, ego trip…) et ses dialogues, vraie philosophie de la dérision, sont aussi savoureux au théâtre qu’au cinéma. Étonnant: le choix judicieux de deux textes qui se répondent sur de nombreux points (tromperie, jeu de dupe, présence d’une arme…) révèle avec quelle malice l’auteur parvient à réinventer ses thèmes de prédilection.

Chapeau! Et chapeau aussi, surtout, aux comédiens, Marie-Paule Kumps et Bernard Cogniaux (incroyable en Ken) en tête, qui portent, dans un style différent d’une pièce à l’autre, ces envolées new-yorkaises avec un plaisir évident. Et partagé.

Adultères. Jusqu’au 27/10, 20h30. Théâtre Varia, rue du Sceptre 78, 1050 Bruxelles. 02/640.82.58. www.varia.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité