Pourquoi 300.000 travailleurs belges n’auront pas droit à la totalité de leurs congés en 2023

C’est une mauvaise nouvelle pour de nombreux travailleurs. La CSC demande au gouvernement d’agir pour résoudre le problème.

Des travailleurs n'auront pas droit à tous leurs jours de congé
300.000 travailleurs sont concernés © Pexels

Environ 300.000 travailleurs n’auront pas droit à la totalité de leurs congés, ni de leur pécule de vacances, cette année. La raison ? Les jours de chômage corona qui ne sont pas pris en compte dans le calcul des vacances.

En effet, lorsque l’on est au chômage, on ne cotise pas pour ses congés payés de l’année suivante, ni pour son double pécule. La CSC demande que ces jours de chômage soient assimilés, et donc pris en compte pour le droit aux vacances.

A lire aussi : Vacances 2023 : voici comment obtenir un maximum de congés en posant un minimum de jours

Selon le syndicat chrétien, ce sont 6.875.329 jours de chômage corona qui ne sont pas assimilés. Les secteurs de la construction, de l’horeca, des  soins de santé, du transport et de la logistique sont les plus touchés : « Ces travailleurs ont déjà été pénalisés car ils n’ont pas fait le choix du chômage. Être privé d’une partie de ses congés et de son pécule est une deuxième sanction», soulève Catherine Margraff, permanente à la CSC Metea, dans une interview accordée à Sudinfo.

En 2020 et 2021, le gouvernement avait décidé que ces journées de chômage corona n’auraient pas d’impact sur les congés des travailleurs. La CSC demande que la même mesure soit prise pour l’année 2022.

Situation budgétaire compliquée 

Contacté par le Nieuwsblad, le cabinet du ministre fédéral du Travail, Pierre-Yves Dermagne (PS), évoque le manque d’argent de l’ONVA (Office national des vacances annuelles pour les ouvriers) et suggère d’augmenter les cotisations des employeurs pour combler le trou. « Lors du conclave budgétaire d'octobre, le ministre a demandé au gouvernement de débloquer les ressources nécessaires, mais il n'y avait pas assez de soutien pour prendre une décision à l'époque ».

En ce qui concerne les employés, le gouvernement pourrait demander aux employeurs de payer les pécules de vacances, « mais cela créerait une différence de traitement », indique le cabinet Dermagne à Sudinfo.

A lire aussi : Voici le calendrier des prochaines vacances scolaires

Le cabinet du ministre a annoncé la mise en place d’un groupe de travail pour résoudre les problèmes financiers de l’ONVA. Il soumettra également une proposition d’augmentation des cotisations des employeurs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité