Les CEO du Bel 20 empochent le salaire annuel médian des travailleurs belges en moins d'une semaine

Les patrons des entreprises du Bel 20 ont retrouvé un salaire d'avant-crise, indique la CNE.

Les CEO du Bel 20 empochent le salaire annuel médian des travailleurs belges en moins d'une semaine ©Unsplash
Les CEO du Bel 20 empochent le salaire annuel médian des travailleurs belges en moins d’une semaine ©Unsplash

La rémunération des CEO du Bel 20 a retrouvé son niveau d'avant la crise du coronavirus. C'est par ailleurs ce lundi 9 janvier que les patrons d'entreprises de l'indice phare de la Bourse de Bruxelles auront déjà gagné autant que le salaire annuel médian des travailleurs belges, indique lundi dans un communiqué la CNE.

Après une diminution en 2020, la rémunération des CEO du Bel 20 a fortement progressé en 2021 pour atteindre une médiane de 2,43 millions d'euros, contre 2,40 millions en 2019, avance la CNE sur la base de chiffres de l'école commerciale Vlerick et de Statbel.

À lire aussi : Environ un tiers des Européens ne peut pas partir en vacances

"Sachant que le salaire annuel médian des travailleurs belges en 2021 est de 50 740 euros, les CEO du Bel 20 gagnent le salaire annuel médian des travailleurs belges en 5,45 jours de travail en 2021", explique Clarisse Van Tichelen, coordinatrice du service d'études de la CNE.

Le syndicat chrétien s'étonne par ailleurs de l'ampleur de la progression du salaire d'un CEO par rapport à un travailleur lambda. "La rémunération des CEO du Bel 20 a connu une hausse très importante - même si leur rémunération est variable d'une année à l'autre - et a augmenté entre 2014 et 2021 de 34 % alors que le salaire médian n'a augmenté que de 9 %", précise Mme Van Tichelen.

"Alors que les augmentations de salaire de la plupart des travailleurs sont bloquées par la loi de blocage des salaires (loi de 1996 sur la compétitivité), les salaires des CEO du BEL 20 se sont envolés ces dernières années. Les salaires des travailleurs les mieux payés en Belgique échappent donc à ce plafond imposé par la loi alors qu'ils bloquent l'augmentation des salaires de la majorité des travailleurs", analyse la coordinatrice.

Le syndicat appelle à nouveau à supprimer cette loi, "d'autant plus dans un contexte où les revenus des travailleurs sont mis sous pression face à l'inflation et la hausse des prix de l'énergie".

Sur le même sujet
Plus d'actualité