"C’est toi dans cette vidéo?": ne cliquez pas sur ce piège sur Messenger!

Beaucoup d'internautes ont été invités à voir une vidéo sur laquelle ils apparaîtraient. C'est une attrape et s'il est trop tard, voici ce qu'il faut faire.

@Capture d’écran Twitter

Peut-être avez-vous reçu récemment un étrange message de la part d’un de vos contacts Messenger. Celui-ci vous demande juste "C’est toi (dans cette vidéo)?", "Ça te ressemble?!" ou encore "Regarde, tu étais dans la vidéo", avec le lien en pièce jointe. Évidemment, vous avez envie de cliquer dessus, surtout si une de vos photos apparaît en même temps. Mais gare à vous: vous pouvez être certain qu’il s’agit en réalité d’un virus. Comme l’annoncent la RTBF et La Libre, l’attrape a visé de nombreux Belges ces derniers jours. Si vous êtes concerné, plusieurs précautions s’imposent.

Vol d’accès à Facebook, logiciels malveillants, cheval de Troie…

Le piège n’est pas nouveau puisqu’il existait déjà en 2016 sur Facebook. Depuis, il revient épisodiquement par vagues. C’était par exemple le cas en France en janvier 2020. L’ex-Secrétaire d’État français chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, avait alors invité la population à la prudence pour ne pas tomber dans le panneau. Il est d’autant plus facile de se faire avoir que le message provient souvent d’amis… qui ont été bernés de la même façon au préalable et qui n’ont plus le contrôle de leur profil.

Car c’est bien cela le risque. L’escroc tente avec cette vidéo de voler les accès à Facebook. Une forme élaborée de phishing, cette technique frauduleuse destinée à s’emparer des données personnelles (voire bancaires) d’un internaute. Pour cela, rien de plus simple. Si la cible clique sur la vidéo, il lui est demandé d’inscrire par exemple son identifiant Facebook (login et mot de passe). Si elle le fait, c’est trop tard.

"En plus de voler vos accès à Facebook, l’escroc tente souvent d’installer, via divers fenêtres de pop-up, un mini-programme sur votre navigateur internet censé vous permettre de voir la vidéo. En réalité, le petit virus, à ce moment-là, s’installe, et en plus, entraîne sa propagation vers toutes les personnes de Facebook qui sont simultanément connectée avec vous", explique à RTL Info Olivier Bogaert, commissaire à la Computer Crime Unit de la Police fédérale. Bien souvent, cela se double par l’installation d’un cheval de Troie qui "permet aux pirates, en fonction de sa programmation, de prendre directement ou ultérieurement le contrôle d’un ordinateur".

Que faire lorsqu’on a été piégé?

Si jamais vous vous faîtes bernés, il faut impérativement modifier le mot de passe le plus rapidement possible. Sans cela, l’arnaque pourrait potentiellement continuer avec une usurpation d’identité en ligne, de spams ou encore de faux appels à l’aide. Facebook dispose d’ailleurs d’une rubrique spécifique pour parer à ce problème.

La RTBF conseille également de faire une analyse de l’ordinateur ou du smartphone avec un logiciel de protection comme Malwarebytes. Si des données bancaires ont été transmises, il faut contacter immédiatement sa banque (ou Card Stop) pour bloquer le compte. Dernier recours: une plainte à la police, notamment en cas de vol d’argent.

Sur le même sujet
Plus d'actualité