Les indépendantes gagnent encore 30% de moins que les hommes

Le SNI montre que depuis 2016, l'écart salarial entre les sexes ne s'est pratiquement pas résorbé. La faute à plusieurs facteurs.

Femme surchargée par le travail
Illustration d’une femme surchargée par le travail @BelgaImage

Les revenus des femmes indépendantes restent, en moyenne, inférieurs de plus de 30% à ceux de leurs homologues masculins, et ce malgré une très légère augmentation ces cinq dernières années, fait remarquer le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) dans un communiqué lundi. Ce dernier s’est penché sur les chiffres de l’Inasti en matière de revenus des femmes indépendantes à l’occasion de la Journée internationale des femmes ce mardi 8 mars.

Un marché du travail hostile aux femmes

"En 2016, les revenus des indépendantes représentaient 67% de ceux des hommes contre 69% en 2020. Malheureusement, ceci est davantage lié à une perte de revenus des hommes qu’à une augmentation de ceux des femmes", souligne le SNI. Pour expliquer cette différence, le syndicat pointe plusieurs raisons. "C’est un constat depuis des années. Les femmes sont majoritaires dans des secteurs traditionnellement nettement moins rémunérateurs. On pense notamment aux métiers de contact, à la garde d’enfants ou au commerce de détail. A l’inverse, même si leur nombre augmente chaque année légèrement, la part des femmes indépendantes ou gérantes de PME actives dans l’industrie, les technologies ou l’IT n’est que de 15% à 20% selon les secteurs. C’est encore beaucoup trop peu".

Le SNI pointe aussi la proportion plus importante des femmes en activité complémentaire. "Alors que les indépendantes représentent 35% de la population totale des indépendants belges, elles sont plus de 42% parmi ceux qui exercent en activité complémentaire". Cette différence de revenus se répercute inévitablement en fin de carrière, observe le SNI. "Les femmes se retrouvent ainsi avec une pension légale, elle aussi, très inférieure à celle des hommes, en moyenne 726 euros, soit à peine 64% des hommes".

Sur le même sujet
Plus d'actualité