Pour le président de la FIFA, la Coupe du monde au Qatar est «la meilleure de l'histoire»

Gianni Infantino, big boss de la FIFA, ne tarit pas d'éloges à l'égard du Mondial du Qatar.

Infantino
© BelgaImage

Gianni Infantino, président de la FIFA, la fédération internationale de football, a estimé en conférence de presse vendredi que la Coupe du monde qui s'achève dimanche est "la meilleure de l'histoire".

Des records, des premières...

Passé les critiques sur la tenue de cette 22e édition au Qatar et les appels au boycott, le dirigeant suisse a déclaré que "3,27 millions de spectateurs ont assisté aux matches soit 52.760 supporters de moyenne. Un record. Et sans aucun incident majeur".

Sur le plan sportif, Infantino a remarqué qu'aucune équipe n'est restée invaincue. "Cela veut dire beaucoup sur le développement du football" revenant sur la qualification du Maroc pour les demi-finales, une première pour un pays africain et la première d'une arbitre principale féminine, la Française Stéphanie Frappart, "et elle a très bien arbitré."

À lire aussi : Comment l'Angleterre a acheté sa Coupe du Monde en 1966

Parmi les polémiques ayant marqué ce Mondial, celui du port du brassard OneLove, interdit par la FIFA, lourdes sanctions à l'appui.

... et des polémiques

Infantino s'est retranché derrière le règlement et l'argument de vouloir "protéger le football". "Nous avons 211 membres. Autant de pays avec leurs régimes, leurs points de vue. Nous devons avoir du respect pour chacun d'eux. Nous sommes une organisation globale. Il ne s'agit pas d'interdire pour interdire, mais on a des règlements qui disent que sur le terrain, on joue au football."

Gianni Infantino, 52 ans, a aussi insisté sur le fait que le Comité de la FIFA a décidé qu'il était toujours dans son premier mandat comme président. Ce qui veut dire qu'il pourrait rester à son poste jusqu'en 2031 (au bout de trois mandats de quatre ans maximum) s'il était réélu l'an prochain et en 2027.

Devenu maître absolu de la FIFA en 2016, il avait remplacé son compatriote Sepp Blatter, banni du football en 2015 pour faits de corruption allant au terme du mandat de ce dernier jusqu'en 2019.

À lire aussi : FIFA, ballon rond et corruption sur Netflix : dans les coulisses de cette mafia

Sur le même sujet
Plus d'actualité