«Chouchou du public», «Le plus doué», «Trop tôt» : la presse belge réagit à la retraite internationale d’Eden Hazard

Toute la presse belge a rendu un hommage à Eden Hazard, ce jeudi matin.

Eden Hazard ©BelgaImage
Eden Hazard ©BelgaImage

Le mercredi 7 décembre restera pour beaucoup de supporters des Diables rouges un jour particulier. Celui où ils apprenaient que leur capitaine, âgé de 31 ans, a décidé de tirer sa révérence avec la sélection nationale.

Véritable chouchou du public, que certains considèrent comme le meilleur joueur belge de tous les temps, Eden Hazard s’en va donc après 126 apparitions sous le maillot noir-jaune-rouge.

Dans la presse belge, Eden Hazard fait la une de tous les journaux.

À lire aussi : Eden Hazard : six moments qui ont marqué sa carrière sous le maillot des Diables rouges

Dans les colonnes de la DH, quatre pages spéciales sont consacrées au N.10 des Diables. “Tout simplement merci”, écrivent-ils en une. Avant de revenir en détail sur son passage long de 14 ans en équipe nationale. Entre ses débuts, le burgergate, son premier grand tournoi, sa masterclass contre le Brésil et son dernier tournoi au Qatar, nous n’avons rien oublié de sa carrière.

Couverture DH Eden

Couverture DH Eden

”Clap de fin avec les Diables”, peut-on lire en une de La Libre Belgique de ce jour où l’on peut lire que cette décision marque un tournant pour notre équipe nationale.

Alors que L’Avenir considère que l’annonce d’Eden Hazard est “le départ sans gloire d’un joueur d’exception”.

Chez nos confrères de Rossel (Sudinfo et Le Soir), Eden Hazard figurait également en une de leur site. “11 millions de mercis”, écrivent-ils, eux qui considèrent que la Belgique a perdu bien plus que son capitaine. “Ses dribbles incessants, son sourire malicieux, son humilité et son sens de l’humour auront marqué ses quatorze années avec les Diables rouges. Bien au-delà des chiffres bruts – 126 matches, 33 buts et 36 passes décisives –, le petit gars de Braine-le-Comte laisse une trace indélébile dans l’histoire du football noir-jaune-rouge. Eden Hazard, c’est avant tout du talent à l’état brut, un style unique, un côté 'je-m’en-foutiste' assumé. Tout cela, mélangé dans un cocktail détonnant, lui a permis de gagner sa place dans le cœur des supporters. Comme aucun joueur belge n’avait réussi à le faire avant lui. Étant l’un des leaders de cette génération dite 'dorée', il le prouvait surtout sur les pelouses, moins dans l’intimité du vestiaire, où d’autres cadors prenaient les choses en main”, résume Sudinfo.

En bandeau de sa une, HLN glisse deux déclarations. L’une d’Eden Hazard. L’autre de leur responsable des sports. “Jamais un Diable n’a été un tel ange”, écrit-il, lui qui estime que ses adieux auraient dû être différents chez les Belges et pas sur un match où il est monté au jeu à la 87e minute (NdlR : contre la Croatie). HLN écrit également qu’Eden Hazard n’était pas un joueur qui était obnubilé par le travail afin de devenir meilleur par ses statistiques. “Eden n’a jamais été proche de Messi. Et son palmarès n’est bien sûr rien comparé à celui de Cristiano. Mais uniquement sur le talent, Hazard était inférieur à seulement quelques-uns. Mais certainement pas en Belgique. Jamais un diable n’a été un tel ange. Le plus gracieux et doué que nous ayons connu”.

Avant de poursuivre : “Bien sûr, c’est trop tôt. Eden n’a pas encore 32 ans. Et qui sait ? Quel niveau atteindra-t-il une fois qu’il voudra enfin quitter le Real Madrid ? Mais quand son choix est fait, il suffit de dire: 'Eden, tu étais un plaisir à regarde'r. Et un plaisir à écouter. Tu as diverti toute une nation. Habituellement avec un ballon, parfois avec un micro. Tu as été un capitaine exemplaire et tu méritais le numéro dix. Tu étais “Hazardinho” en Russie, mais tu resteras surtout Eden pour toujours. Notre Eden.”

Couverture Het Laatste Nieuws Eden hazard

Couverture Het Laatste Nieuws Eden Hazard

Dans ses colonnes, De Morgen revient également sur le parcours d’Eden Hazard avec la Belgique, résumant cela à “Quatorze années pleine de dribbles, de buts et de blagues”. “Il est venu, il a vu et nous a laissé profiter avant de dire adieu à 31 ans à l’équipe nationale”.

Le Standaard a également rendu hommage à Eden Hazard, mettant en avant sa capacité à prendre du plaisir.

”Une fin mineure pour un joueur qui a ramené le plaisir en équipe nationale. C’était le favori du public sur et en dehors du terrain. Car Hazard est avant tout resté le garçon espiègle de Braine-le-Comte, qui considérait chaque pelouse comme son terrain de jeu. Avant le début de son agonie en Espagne, il rayonnait de plaisir”, écrit le quotidien.

Sur le même sujet
Plus d'actualité