L’enfance de Courtois, De Bruyne et Hazard : comment sont-ils devenus des superstars du foot?

Que savez-vous vraiment de l'histoire de Kevin de Bruyne, Thibaut Courtois et Eden Hazard?

Diables rouges jeunes
Enfance des Diables Rouges

Parmi les Diables, il fallait faire un choix. Nous avons fait celui de la notoriété, mais aussi mis en avant les joueurs au destin le plus extraordinaire. On oublie trop souvent que ces dieux du stade redeviennent des hommes avec leurs problèmes, leurs frustrations et leur passé, une fois les crampons rangés.

À lire aussi : Le football et la fête, les victimes collatérales de cette Coupe du monde controversée

Thibaut Courtois – La pieuvre infranchissable

Belga Image

Notre numéro 1 national est né pour devenir joueur de volley-ball, comme ses parents et sa sœur. Mais le jeune Thibaut réclamait les terrains de foot. Alors joueur de champ, à seulement 7 ans, le Racing Genk l’a fait venir dans ses rangs. Les succès ont suivi. Majeur, il a remporté le jeu de concurrence avec Koen Casteels, notre 3e gardien national, ainsi que le championnat de Belgique. Ensuite, il a rejoint Chelsea qui l’a prêté à l’Atlético Madrid avant de le récupérer. À cette époque, le football était son ultime priorité.

Il s’est tout de même laissé séduire par Marta Dominguez avec qui il a une fille, Adriana. Il s’est séparé de la maman pendant la grossesse. Aujourd’hui, Thibaut Courtois est l’un des gardiens de but les plus en vogue de la planète. Il évolue désormais au poste de gardien de but au Real Madrid, club qu’il a rejoint lors du mercato estival 2018. Il est le cinquième gardien le plus cher de l’histoire et vient de remporter le trophée de meilleur gardien du monde. Mais s’il devait se blesser, il sait qu’on peut compter sur sa doublure: Simon Mignolet, le joueur du Club Bruges KV très en vue des derniers mois, notamment en Ligue des Champions. Ce dernier a préféré assurer ses arrières en décrochant un diplôme en sciences politiques à la KUL avant de se consacrer totalement au foot.

Kevin De Bruyne – Le maestro aux deux visages

A Manchester City, détenteur du titre en Premier League, c’est le joueur N°1. Il a d’ailleurs été élu meilleur joueur de Premier League en mai dernier. En équipe nationale, il a parfois accepté de jouer plus bas dans le jeu, pratiquement au niveau d’Axel Witsel. C’est le cœur du réacteur des Diables Rouges: il est à la base des actions dangereuses et occupe souvent un ou deux adversaires grâce à ses déplacements. Un véritable maestro qui n’a pas grand chose à envier aux meilleurs milieux de terrain de l’histoire.

Lumineux et magique sur le terrain, KDB est plus réservé en privé. Son enfance a forgé ce trait. À 14 ans, il accepte à contrecœur de quitter sa famille pour Genk, où il sera formé. Ses premiers mois à l’internat lui sont insupportables. Il intègre alors cette famille d’accueil avec laquelle le match n’aura pas lieu non plus. Le garçon est trop timide, renfermé. Son terrain d’expression, c’est le cuir et la gagne. On peut le remarquer lors de ses interviews souvent bruts de décoffrage.

Eden Hazard – Le prodige 

Notre numéro 10 n’avait pas 6 ans que son entraîneur de l’époque au Royal Stade Brainois de Braine-le-Comte louait déjà ses qualités techniques. Ça n’a donc étonné personne que le club de Lille lui mette le grappin dessus dès ses 14 ans. Il emmènera le club au sommet, puis décampera pour les Blues de Chelsea. où il connaitra aussi le succès et atteindra son meilleur niveau. Après une Coupe du Monde 2018 exceptionnelle, il file au Real Madrid, son rêve d’enfance. Malheureusement, c’est le début des ennuis pour le feu follet qui connaîtra la frustration des blessures et goûtera pour la première fois au banc de touche. Eden Hazard doit en partie son succès à son entourage. Né dans une famille de sportifs, son père ne s’est jamais extasié devant l’aîné de la famille. Sans doute pour le pousser toujours plus loin.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité