Pourquoi les Iraniens ont refusé de chanter leur hymne national au Mondial 2022

Lors de leur match contre l'Angleterre, les joueurs iraniens ont boycotté leur propre hymne national en soutien aux manifestations qui durent depuis deux mois dans leur pays.

l'équipe de l'iran à la coupe du monde
© BelgaImage

Les joueurs iraniens se sont abstenus de chanter leur hymne national avant le coup d’envoi de leur premier match du Mondial 2022 contre l’Angleterre, lundi à Doha. Durant la semaine, leur capitaine Alireza Jahanbakhsh avait expliqué que les joueurs décideraient " collectivement " de chanter ou non l’hymne national en signe de soutien aux victimes des manifestations durement réprimées dans leur pays.

L’Iran est le théâtre d’un mouvement de contestation déclenché le 16 septembre par la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans arrêtée par la police des mœurs pour avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique. Dénonçant des " émeutes " orchestrées par des forces étrangères, les autorités se sont lancées dans une répression meurtrière, qui a fait au moins 378 morts selon un bilan diffusé samedi par l’ONG Iran Human Rights (IHR), basée en Norvège. Près de 15.000 personnes ont également été arrêtées, selon la même source.

À lire aussi : Coupe du monde 2022: contrainte par la FIFA, la Belgique devra modifier son maillot extérieur

Plusieurs joueurs de l’équipe nationale d’Iran ont exprimé leur soutien à ce soulèvement sur les réseaux sociaux, en arborant des bracelets noirs pendant les rencontres ou en refusant de chanter l’hymne national. La star de la " Team Melli ", Sardar Azmoun, avait ainsi fait parler de lui pour avoir, dans plusieurs messages sur les réseaux sociaux, exprimé son soutien au mouvement de protestation et dénoncé la répression dans son pays.

Après le match face à l’Angleterre, les Iraniens doivent affronter le pays de Galles le 25 novembre et les Etats-Unis le 29, dans une revanche du match historique entre ces deux pays lors du Mondial-1998.

Sur le même sujet
Plus d'actualité