Coupe du monde 2022: les chiffres de la longue histoire qui unit la Belgique et le Mondial

144 Belges ont déjà pris part à un match lors d’un Mondial. Dont Enzo Scifo, qui a disputé 17 rencontres.

Diables Rouges à Bruxelles
Les Diables rouges, le 13 novembre 2021 à Bruxelles lors d’un match contre l’Estonie @BelgaImage

Si la Belgique fit partie des nations pionnières de la Coupe du monde, en étant invitée aux trois premières éditions avant la Seconde Guerre mondiale (avec Bernard Voorhoof en premier buteur, avec un doublé, en 1934 contre l’Allemagne), il lui fallut ensuite attendre le Brésil en 1970 pour, sous la direction de Raymond Goethals, enfin se qualifier sportivement pour une phase finale, et engranger un premier succès (3-0 contre le Salvador).

En treize tournois, les Diables ont jalonné leur histoire mondiale de beaux exploits, lors de leur parenthèse enchantée et les six phases finales d’affilée disputées de 1982 à 2002, et depuis leur retour, en 2014.

A lire aussi: Mondial 2022: le calendrier des matchs et l’analyse pour chaque groupe

Avec d’abord ce match d’ouverture d’anthologie, au Camp Nou de Barcelone en 82, lorsqu’un but d’Erwin Vandenbergh terrassa les champions du monde en titre argentins, emmenés par Diego Maradona. Le Pibe de Oro se vengea quatre ans plus tard, en mettant fin à la formidable épopée mexicaine des Diables de Guy Thys, d’un doublé en demi-finales. La Belgique dans le dernier carré du Mundial 86, après des exploits contre les Pays-Bas (en barrages), l’URSS (1/8es) et l’Espagne (1/4) : un des plus grands moments de l’histoire du sport belge.

1990 aurait pu figurer aussi dans nos livres d’histoire si l’Anglais David Platt, en huitièmes de finale à Bologne, n’avait injustement crucifié les nôtres à la toute fin de la prolongation d’un match que nous méritions de remporter. En 1994, les huitièmes nous furent à nouveau fatals, face à l’Allemagne, mais c’est un arbitre qui joua cette fois le rôle du méchant : un Suisse pas très neutre, Kürt Röthlisberger, qui priva Josip Weber d’un penalty flagrant. En 2002 aussi, c’est le ref qui provoqua notre perte, quand le Jamaïcain Pendergast annula injustement un coup de boule victorieux de Marc Wilmots contre les futurs champions du monde brésiliens, toujours en huitièmes.

A lire aussi: FIFA, ballon rond et corruption sur Netflix : dans les coulisses de cette mafia

Il nous fallut douze ans pour digérer ces coups du sort et revenir sur la scène mondiale en conquérants, au Brésil, en 2014. Et en passant cette fois la barrière des huitièmes de finale, contre les USA, mais en échouant face à l’Argentine de Messi, en quarts de finale. En nourrissant quelques regrets, de ne pas avoir joué plus crânement notre chance. Paradoxalement, malgré notre historique 3e place lors de la Coupe du monde 2018, nous avons également ramené des remords de notre voyage en Russie. La faute au réalisme des Français, bourreaux de Diables qui, après leur démonstration face au Brésil, avaient rêvé d’or.

Au diable la Russie, aux Diables le Qatar ! À eux de nous prouver qu’ils n’ont pas laissé passer la chance de leur vie dans la moiteur d’une soirée d’été à Saint-Pétersbourg. Dans le désert, telle est leur quête. Pour atteindre l’inaccessible étoile…

En attendant, voici les principaux chiffres qui résument la longue histoire entre la Belgique et la Coupe du monde.

Les Diables rouges sont qualifiés pour le Mondial 2022

Belga

14

Au Qatar, la Belgique disputera la 14e phase finale de Coupe du monde de son histoire, sur 22 possibles :

  • 13 qualifications sur le terrain (dont 6 de rang de 1982 à 2002)
  • 1 invitation (1930)
  • 7 éliminations
  • 1 abstention (1950)

48

Les Diables ont disputé 48 matches en 13 phases finales de Coupe du monde.

189

Les Diables ont joué 189 matches (éliminatoires compris) en Coupe du monde :

  • 103 victoires
  • 50 défaites
  • 36 partages
  • 370 buts marqués
  • 219 encaissés

144

144 Diables ont joué lors d’une phase finale d’un Mondial.

17

Avec 17 matches disputés en 4 phases finales (1986, 90, 94, 98), Enzo Scifo reste le Diable le plus capé en Coupe du monde.

Enzo Scifo lors du match Belgique-Pays-Bas (1-0) lors de la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis – © Foto Leo Vogelzang VOF

LES DIABLES À 10 MATCHS OU PLUS

1. Enzo SCIFO 17

2. Jan Ceulemans 16

3. Franky Van der Elst 14

4. Thibaut Courtois 12

. Eric Gerets 12

6. Stéphane Demol 11

. Georges Grün 11

. Eden Hazard 11

. Dries Mertens 11

. Franky Vercauteren 11

. Jan Vertonghen 11

12. Nacer Chadli 10

. Kevin De Bruyne 10

. Michel De Wolf 10

. Romelu Lukaku 10

. Jean-Marie Pfaff 10

. Axel Witsel 10

5

Avec 5 goals en 2 Mondiaux chacun, Romelu Lukaku et Marc Wilmots sont les meilleurs buteurs belges en phases finales de Coupe du monde.

Romelu Lukaku - Belga Image

Romelu Lukaku – Belga Image

TOP 10 DES BUTEURS BELGES

1. Romelu LUKAKU (1 en 2014, 4 en 2018) 5

. Marc WILMOTS (2 en 1998, 3 en 2002) 5

2. Jan Ceulemans (3 en 1986, 1 en 1990) 4

3. Pol Anoul (3 en 1954) 3

. Nico Claesen (3 en 1986) 3

. Eden Hazard (3 en 2018) 3

. Enzo Scifo (2 en 1986, 1 en 1990) 3

7. Philippe Albert (2 en 1994) 2

. Kevin De Bruyne (1 en 2014, 1 en 2018) 2

. Marc Degryse (1 en 1990, 1 en 1994) 2

. Raoul Lambert (2 en 1970) 2

. Dries Mertens (1 en 2014, 1 en 2018) 2

. Wilfried Van Moer (2 en 1970) 2

. Erwin Vandenbergh (1 en 1982, 1 en 1986) 2

. Jan Vertonghen (1 en 2014, 1 en 2018) 2

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité