Coupe du monde au Qatar: la FIFA appelle les équipes à "ne pas donner de leçons de morale"

Face aux critiques sur l'organisation du Mondial, le président invite les sélections à se «limiter au football».

Kevin De Bruyne et Virgil Van Dijk
©Belga

A deux semaines du début de la Coupe du monde au Qatar, la FIFA a demandé aux équipes qualifiées " de se concentrer sur le football ". Dans une lettre envoyée aux 32 nations participant au Mondial 2022, que Sky Sports a pu consulter, Gianni Infantino, président, et Fatma Samoura, secrétaire générale de la Fédération internationale de football, demandent de veiller à ce que " le football ne soit pas entraîné dans toutes les batailles idéologiques et politiques qui existent dans le monde ".

"Concentrons-nous maintenant sur le football, s’il vous plaît", écrivent les deux responsables de la FIFA. "Nous savons que le football ne vit pas dans son monde et nous sommes également conscients qu’il existe de nombreux défis et difficultés de nature politique partout dans le monde. Mais s’il vous plaît, ne laissez pas le football être entraîné dans toutes les batailles idéologiques ou politiques qui existent. À la FIFA, nous essayons de respecter toutes les opinions et croyances, sans donner de leçons de morale au reste du monde".

Des voix s’élèvent malgré tout

Le Qatar, qui accueillera le Mondial du 20 novembre au 18 décembre, fait face à de nombreuses critiques visant notamment son empreinte environnementale, la place des femmes et des minorités LGBT+ et le traitement des travailleurs migrants. La semaine dernière, l’équipe nationale d’Australie s’est émue des " souffrances " qui ont accompagné l’organisation de la Coupe du monde au Qatar, devenant ainsi la première équipe qualifiée pour la compétition à critiquer ouvertement le pays hôte.

À lire aussi: Coupe du monde 2022: comment l’équipe du Danemark va protester contre le Qatar

Eden Hazard, le capitaine des Diables Rouges, portera, comme plusieurs capitaines d’autres sélections, un brassard " One Love " à bandes colorées en faveur de l’inclusion et contre les discriminations. La FIFA n’a toujours pas donné son feu vert à l’utilisation de ce brassard.

"Une des grandes forces du monde est sa diversité, et si l’inclusion signifie quelque chose, c’est le respect de cette diversité", selon Gianna Infantino et Fatma Samoura. "Aucun peuple, aucune culture ou nation n’est " meilleur " qu’un autre. Ce principe est la pierre angulaire du respect mutuel et de la non-discrimination et une des valeurs fondamentales du football. Alors, s’il vous plaît, souvenons-nous tous de cela et laissons le football au centre de l’attention".

À lire aussi: Le monde du football tourne fou

Sur le même sujet
Plus d'actualité