Les Tornados en quadruple vitesse vers la 29e finale de leur histoire

Les Belgian Tornados ont dompté, avec excellence, leur série du relais 4x400 mètres, samedi aux Mondiaux d'athlétisme. L'équipe belge a remporté sa course en 3:01.96, devant la République tchèque, la Pologne et la France. Dimanche au départ de la finale, elle aura l'occasion de faire aussi bien qu'aux Mondiaux de 2019, où elle avait pris le bronze à Doha.

Eugene Athlétisme
Les Tornados, l’équipe de relais belge, au Mondiaux d’Athlétisme de Eugene © Belga Image

Serein mais malgré tout quelque peu dans l’inconnu avant d’effectuer son retour sur le 400m plat, après avoir atteint les demi-finales du 400m haies, Julien Watrin a parfaitement lancé la course belge, seulement devancé par le Botswanais Isaac Makwala. " J’avais quelques points d’attention techniques à bien exécuter, ne pas forcer dans le virage contre le vent et essayer de rester facile ", a expliqué l’athlète de Dampicourt.

Pour la première fois placé en deuxième relayeur, Dylan Borlée a dépassé le Botswana pour placer la Belgique aux commandes, une position qu’elle ne quittera plus. " C’était une nouvelle expérience pour moi, j’ai pris ça avec plaisir. C’est souvent Jo (son frère Jonathan, blessé, ndlr) qui fait le rabattement, ça m’a fait plaisir de prendre sa place ", a dit celui qui a terminé 14e du 400m en individuel.

Le retour de Sacoor

Alexander Doom mis au repos, Jonathan Sacoor a été titularisé par Jacques Borlée. Après une période compliquée à la suite d’une infection au Covid-19 dont les conséquences ont été plus longues que prévu, le champion du monde juniors 2018 a traduit la confiance de son entraîneur par une belle prestation. " Je suis super reconnaissant envers mes équipiers, qui m’ont fait confiance. Cela fait du bien d’être avec l’équipe ", a dit Sacoor. " Le plan initial est qu’Alexander dispute la finale, il le mérite. Mon job était de mettre Kevin dans les meilleures conditions et tout s’est bien passé ", a-t-il ponctué, persuadé que la Belgique peut réitérer sa performance de 2019.

Kevin Borlée, " qui ne s’est pas super bien senti ", a malgré tout conservé la première place. " J’ai tenté de contrôler. Je me suis retourné dans la dernière ligne droite pour voir où étaient les autres et ça m’a déconcentré ", a dit l’habituel finisseur des Tornados.

Une finale depuis le couloir N.5

Dimanche, les Belges disputeront une nouvelle finale, la 29e de leur histoire. " Que la Belgique parvienne à aligner une équipe pour chaque fois aller en finale, c’est quand même un exploit. Il faut être en forme mais aussi et surtout éviter les erreurs. " Pour le taulier du relais belge, les clés de la finale seront " le placement et le couloir ". Kevin Borlée et co. s’élanceront d’ailleurs du couloir N.5, derrière les Etats-Unis. À noter que le Botswana a été repêché par l’arbitre pour la finale, qui comportera donc neuf nations au départ.

Sur le même sujet
Plus d'actualité