Tour de France 2022: victoire par KO?

Après les Alpes, tournant de ce Tour de France 2022, les Pyrénées ont représenté le point d’orgue d’une explication entre les deux meilleurs coureurs.

Pogačar, Vingegaard et Van Aert
Tadej Pogačar (gauche), Jonas Vingegaard (centre) et Wout Van Aert (droite), le 22 juillet 2022 sur le Tour de France @BelgaImage

Ce nouveau week-end du Tour de France a débuté avec deux étapes de transitions qui permettaient aux coureurs de rejoindre les Pyrénées. Deux étapes remportées respectivement par le néo-zélandais Michael Matthews et notre compatriote Jasper Philipsen. La 4ème victoire Belge de cette Grande Boucle. Le peloton a ensuite rejoint la chaine de montagnes franco-espagnole pour une semaine d’explication au sommet. Un duel qu’a pris à bras – ou jambes – le corps Tadej Pogačar. Le prodige slovène aura tout essayé mais rien n’y fait. Jonas Vingegaard est un viking à bicyclette qui ne lâche rien. Il est resté tapi dans l’ombre de son adversaire, accroché à sson vélo, prêt à asséner un dernier coup de hache dévastateur à un Pogačar visiblement émoussé aussi bien mentalement que physiquement.

Le roi a perdu sa couronne

Sa domination entamée lors du Tour 2020 et confirmée sur l’édition 2021 est donc terminée. À moins d’un retournement de situation digne des plus grands blockbusters Hollywoodien, c’est bien Jonas Vingegaard qui lèvera les bras en jaune ce dimanche sur les Champs-Élysées. Un succès acquis à la pédale dans la 18ème étape reliant Lourdes à Hautacam. Le Danois a fait la différence dans la dernière ascension de la journée.

Lancé par un Wout Van Aert exceptionnel – une fâcheuse habitude qu’il a – Vingegaard a déposé Pogačar pour s’offrir une minute d’avance supplémentaire. Un matelas confortable qui lui permet de se diriger sereinement vers un 1er sacre sur la Grande Boucle. Le Slovène, qui semblait encore intouchable il y a deux semaines, a pris l’eau par deux fois en montagne cette année. Le double tenant du titre semblait trop seul, moins fort, plus fatigué voire même parfois les trois en même temps.

L’extraterrestre du plat pays

Les jours passent et les performances XXL de Wout Van Aert continuent de s’accumuler. Tandis que les superlatifs pour le décrire, eux, commencent à manquer. Le Campinois n’est visiblement pas fait du même bois que tout le monde. Il est le coureur moderne par excellence: atypique, admiré, combatif, audacieux, puissant et polyvalent.

Depuis le début de ce Tour – de sa carrière – le Belge brille aussi bien pour lui que pour les autres. Il répond présent lorsque la victoire lui tend les bras et il se mue en coéquipier de luxe lorsque celle-ci est promis à un autre Jumbo Visma. Même s’il ne gagnera vraisemblablement pas le Tour de France et que cette édition 2022 n’est pas encore finie, on peut d’ores et déjà dire qu’il est le coureur de cette édition.

Il reste deux étapes avant de refermer le rideau sur un Tour exceptionnel à bien des égards et de tirer les enseignements de cette nouvelle Grande Boucle. Un contre-la-montre et l’arrivée sur les Champs Élysées qui semblent tous deux taillés pour notre Wout national. Deux étapes qui lui permettraient d’égaler et même de dépasser son nombre de victoires sur un Tour de France.

Alors, rendez-vous dimanche, au pied de l’Arc de triomphe pour le verdict!

Sur le même sujet
Plus d'actualité