Tour de France: une escapade alpine

«Le Tour ne se gagne pas en montagne mais il s’y perd». Ce fameux proverbe de canapé résume parfaitement cette seconde semaine de la Grande Boucle.

Pogačar, Van Aert et Vingegaard
Pogačar, Van Aert et Vingegaard le 15 juillet 2022 sur le Tour de France @BelgaImage

Après la première semaine du Tour complètement folle, le constat semblait facile à dresser. Il y avait Tadej Pogačar et les autres. Depuis, l’équipe Jumbo Visma menée par le Danois Jonas Vingegaard, seul concurrent crédible au leader de l’UAE, s’est montrée décidée à ne pas abdiquer sans avoir au moins tout essayé de reprendre le dessus. Force est de constater qu’ils ont raison d’y croire après cette nouvelle phase montagneuse. Récit d’une parenthèse dans les Alpes à l’image de ce Tour, spectaculaire.

Noir, jaune, rouge et… vert

Wout Van Aert est insatiable. À Lausanne, samedi, il signe sa deuxième victoire sur cette édition du Tour. Un succès – son neuvième en quatre participations sur la Grande Boucle – acquis au sprint devant Pogačar. Ses performances lui permettent d’avoir désormais 158 points d’avance sur son principal rival, le Néerlandais de la formation Quick-Step Alpha Vinyl, Fabio Jakobsen. Un gouffre considérable qui semble impossible à combler tant le maillot vert lui colle à la peau comme à Peter Sagan – septuple gagnant du classement par points – à sa grande époque. Le Campinois a bien confirmé le nouveau statut qui est désormais le sien: celui de patron du peloton. Mais avoir le maillot vert c’est une chose, reprendre le maillot jaune à un Slovène au talent exceptionnel, c’en est une autre. Un défi qui n’effraie vraisemblablement pas un Danois au mental – pas au physique – de viking.

L’homme à abattre

Tadej Pogačar le sait, il a une cible dans le dos. Un "privilège" que seuls les plus dominateurs peuvent se targuer d’avoir reçu. Dans la 11ème étape qui reliait Albertville au Col du Granon, Jumbo-Visma a décidé de passer à l’attaque et de faire parler la poudre. L’équipe néerlandaise, au collectif impressionnant, a attaqué sans relâche en sacrifiant 1 à 1 ses coureurs dans les deux cols hors-catégories.

Une stratégie ultra offensive mais payante car Tadej Pogačar a craqué sous les assauts de la Jumbo. Le Slovène, victime d’une défaillance, n’a pas su répondre à la dernière attaque de Jonas Vingegaard. Le Danois – volant – s’est envolé vers un sacre historique en collant, au passage, plus de deux minutes à son rival. La Grande Boucle version 2022 n’a pas fini de nous surprendre.

Les Pyrénées – seconde et dernière parenthèse montagneuse du Tour – seront donc le théâtre d’un duel au sommet entre deux coureurs flamboyants avec, dans tous les cas, le spectateur comme grand gagnant.

Sur le même sujet
Plus d'actualité